PUBLICITÉ

Chirurgie et obésité : à quand l'égalité ?

Publié par Isabelle Eustache le 22/07/2003 - 00h00
-A +A

Va-t-on en finir avec les phrases vexantes ? " Vous êtes trop fort, on ne peut vous opérer. " " Madame, avant l'opération, il va falloir maigrir ". Ce mythe tenace du trop gros pour subir une intervention chirurgicale pourrait enfin disparaître.

PUB

L'idée selon laquelle le surpoids et l'obésité augmenteraient le risque chirurgical ne semble pas vraiment fondée sur des preuves scientifiques.Afin d'en avoir le cŒur net, une équipe de médecins s'est intéressée de près aux 6.000 patients ayant subi une opération chirurgicale programmée dans l'hôpital universitaire de Zurich où ils exercaient. Ont été exclus de l'étude les sujets immunodéprimés, ayant bénéficiés d'une intervention sous anesthésie locale ou d'une greffe. La grande majorité était de poids normal, tandis que l'obésité légère ne concernait que 9% des patients et l'obésité sévère 4%.Les auteurs ne constatent aucune différence en ce qui concerne le taux de morbidité, qui est de l'ordre de 16%, ou l'incidence des complications, qui se situe autour des 16% environ. Cette similitude s'observe quelle que soit la sévérité de l'obésité. Une exception cependant, les infections au niveau de la plaie après une chirurgie ouverte touchent plus souvent les sujets obèses, à hauteur de 4% contre 3% des non-obèses. Ces résultats démontrent que l'obésité n'est pas à elle seule un facteur de risque de développement de complications post-opératoires. Est-ce la fin de la ségrégation en chirurgie contre les patients en surpoids ?

Publié par Isabelle Eustache le 22/07/2003 - 00h00 Dindo D. et coll., Lancet, 361 (9374) : 2032-5, 2003.
Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUBLICITÉ
A lire aussi
Obésité : lourdeur des coûts médicamenteux Mis à jour le 03/12/2002 - 00h00

Les patients obèses consomment deux fois plus de médicaments que les personnes non obèses. Le type de traitement de l'obésité (chirurgical ou conventionnel) modifie la répartition des frais, mais ne change pas le coût final de la prise en charge.

Obésité : le PYY entame l'appétit Mis à jour le 07/10/2003 - 00h00

Après les déceptions provoquées par la leptine et l'adiponectine, le PYY, un fragment d'hormone digestive, redonne espoir dans le traitement pharmacologique de l'obésité. Selon les premiers résultats, cette substance diminue l'appétit de 30%.

Plus d'articles