PUBLICITÉ

Le casse-tête de la caféine

Publié par Gilles Goetghebuer, journaliste santé le 24/10/2006 - 00h00
-A +A

En 2004, l'Agence mondiale antidopage décidait de légaliser la consommation de caféine dans le sport. Pourquoi ce revirement?

PUB

Stimulant depuis toujours

Pour qu'un produit soit considéré comme dopant, il doit remplir deux des trois conditions suivantes:
- améliorer la performance
- être dangereux pour la santé
- être contraire à l'éthique sportive.
Selon cette définition, certaines substances posent manifestement problème. C'est le cas de la caféine! Jusqu'à présent, on admettait une consommation modérée. On ne sanctionnait les sportifs qu'au-delà d'un seuil d'excrétion urinaire de 12µg/ml d'urine. A présent, toute liberté leur est donnée pour en prendre autant qu'ils le désirent! Voilà qui mérite réflexion.

La caféine est en effet le plus vieux stimulant connu. Sous son nom chimique 1,3,7-triméthylxanthine, elle fait partie des alcaloïdes, c'est-à-dire des substances organiques alcalines d'origine végétale contenant au moins un atome d'azote. On en trouve dans une soixantaine de plantes comme la noix de Kola en Afrique de l'Ouest, le cacao en Amérique centrale, le maté en Amérique du Sud, le thé en Asie et, bien sûr, le café qui s'est imposé progressivement à peu près partout dans le monde à partir du XVIIe siècle. On consomme la caféine essentiellement sous forme de boissons prises après les deux premiers repas de la journée (petit-déjeuner et déjeuner) et en tablant sur un pic de vigilance qui survient environ une heure plus tard. Ensuite, l'effet s'atténue lentement. En langage scientifique, on estime que la demi-vie de la caféine équivaut à 180 minutes. Cela signifie qu'en trois heures, le foie transforme la moitié de l'apport initial. Certaines habitudes peuvent néanmoins accélérer ou, au contraire, ralentir ce processus. Ainsi, la caféine est métabolisée plus rapidement chez les consommateurs réguliers, jeunes, mais aussi -et c'est plus étonnant!- chez les fumeurs ou les sportifs. A l'inverse, d'autres facteurs produisent un ralentissement des filières d'assimilation: l'âge, la prise de certains médicaments (comme la pilule contraceptive) ou les maladies (comme la cirrhose du foie). Tout cela dépend aussi beaucoup des personnes. Certaines ne peuvent pas s'en passer. D'autres vivent parfaitement bien sans elle.

Le café des sports

Les sportifs recherchent eux aussi cet effet stimulant et, si les instances internationales de lutte contre le dopage ont retiré la substance des listes, c'est précisément parce qu'elles ne voulaient pas imposer des règles trop sévères par rapport aux habitudes de l'ensemble de la société. Seulement, on observe chez certains athlètes un phénomène inquiétant de surconsommation à des doses équivalentes à plusieurs litres de café fort. La caféine est alors assimilée par le biais de médicaments ou même d'injections intraveineuses dans le but, semble-t-il, d'accroître l'agressivité. D'après les études, 600 mg de caféine auraient l'effet de 20 mg d'amphétamines. Autre avantage: la caféine potentialiserait les effets d'autres médicaments (notamment l'aspirine) pour gommer les éventuelles douleurs rencontrées en cours d'exercice. Tout cela pose problème aux autorités et il est très probable qu'on réintroduise prochainement un seuil limite de consommation.

Publié par Gilles Goetghebuer, journaliste santé le 24/10/2006 - 00h00
Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUBLICITÉ
A lire aussi
Café et caféine : bons ou mauvais ? Publié le 22/08/2016 - 00h16

Le catalogue des bienfaits et des méfaits du café et de la caféine , scientifiquement prouvés ou suspectés, est particulièrement vaste. Des centaines d'études ont été publiées, parfois contradictoires. Que faut-il en retenir ?

Pourquoi êtes-vous plutôt thé ou café ? Publié le 29/06/2016 - 11h05

Il existe clairement les adeptes du café et les adeptes du thé. Cette préférence pour l'une ou l'autre de ces boissons a-t-elle une explication ? Pourquoi préfère-t-on le thé ou le café ?

La dépendance à la caféine existe-t-elle ? Publié le 16/10/2014 - 16h12

Peut-on être accro à la caféine, comme à une drogue ? Certains consommateurs de café en sont réellement convaincus. Mais si l'alcaloïde exerce certains effets stimulants, on ne peut raisonnablement pas parler de dépendance au café. De quoi siroter so...

Plus d'articles