PUBLICITÉ

Cacahuètes, femmes enceintes et études scientifiques

Article créé le 24/12/2013 - 11h46 et mis à jour par Marion Garteiser, journaliste santé le 24/12/2013 - 11h46
-A +A

Une nouvelle étude semble changer la donne sur la consommation de noix et cacahuètes pendant la grossesse. Comment l’interpréter ?

PUB

Des noix pendant la grossesse, conseillé ou pas ?

L’allergie aux cacahuètes et autres noix est de plus en plus fréquente, et (surtout pour les cacahuètes) c’est l’une des plus sévères, avec un risque de choc anaphylactique qui peut mettre la vie en danger.
Depuis plusieurs années, les spécialistes cherchent donc à diminuer le nombre d’enfants qui souffrent de cette allergie. Pendant un temps, on a conseillél de ne pas consommer de noix et cacahuètes pendant la grossesse, surtout pour les femmes qui ont des personnes allergiques dans leur famille.

Mais la science évolue…

Cette semaine, une étude portant sur 8000 enfants est parue, et elle semble indiquer que consommer des noix pendant la grossesse protège en réalité l’enfant à venir contre le risque d’allergie.

Que faut-il penser quand les études se contredisent ainsi ?

 

Une hirondelle ne fait pas le printemps, une étude scientifique ne fait pas la science

Les études scientifiques ne peuvent pas s’évaluer « dans le vide ». Une seule étude ne constitue d’ailleurs pas une preuve absolue. Pour être vraiment reconnu, un résultat doit pouvoir être reproduit – par une autre équipe ou un autre laboratoire, dans une autre région du monde, etc. En effet, la science est humaine. Erreurs, manipulations ou résultats aberrants sont toujours possibles.

C’est pourquoi il est toujours nécessaire de comparer un résultat aux études similaires qui ont été faites dans le passé.

 

Noix et grossesse : c’est le flou qui règne !
En l’occurrence, si l’on approfondit un peu on se rend compte que le conseil de se passer de noix pendant la grossesse n’est pas vraiment soutenu par des preuves scientifiques solides. Pour commencer, il n’a pas permis de diminuer l’augmentation du nombre de cas d’allergie, ce qui semble indiquer que ce n’est pas très efficace. En outre, des études sur le sujet dans le passé semblaient indiquer que la consommation par la mère n’augmentait pas le risque ; et aussi qu’en réalité, seuls des contacts après la naissance étaient susceptibles de jouer sur le développement d’une allergie.

Conclusion : pour l’instant, rien ne permet de priver les femmes enceintes de noix et de cacahuètes.

Et surtout : quand vous lisez un article concernant une étude scientifique qui vous semble contredire les informations que vous avez, prenez le temps de creuser un peu. Il peut arriver que l’étude représente vraiment un changement, ou qu’elle ne constitue pas une preuve irréfutable… Mais parfois, ce sont les idées reçues qui doivent changer !

 

Source : bbc.co.uk

Billet initialement publié le 24/12/2013 - 11h46 et mis à jour par Marion Garteiser, journaliste santé le 24/12/2013 - 11h46
Ce billet fait partie du blog : Le blog de la Rédaction
Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUBLICITÉ
A lire aussi
Enfant : la collectivité favorise asthme et allergie Mis à jour le 16/05/2006 - 00h00

L'entrée en collectivité a pour conséquence d'exposer précocement les enfants aux infections. Cette exposition est-elle protectrice, par exemple en induisant une sorte d'immunité contre les agents déjà rencontrés ? Ou inversement, est-elle néfaste en...

Les bébés n'aiment pas la coke Mis à jour le 20/05/2002 - 00h00

L'exposition des fŒtus à des drogues telles que la cocaïne au cours de la grossesse provoque des déficits intellectuels chez ces enfants. Le risque de retard mental est doublé chez ces enfants et laisse redouter de grosses difficultés scolaires.

Plus d'articles