PUBLICITÉ

Bon sommeil, bonne scolarité

Mise à jour par Isabelle Eustache, journaliste Santé le 07/05/2012 - 15h39
-A +A

Sommeil et scolarité sont étroitement liés.

Les troubles du sommeil entraînent de fortes perturbations dans l'apprentissage.

Si nous en avons tous conscience, il existe cependant encore des idées fausses qui circulent, notamment à propos de la semaine des 4 jours et des horaires de coucher.

PUB

La qualité du sommeil est importante pour l'enfant

A l'âge adulte, la mauvaise qualité du sommeil a un retentissement non négligeable sur l'activité professionnelle.

Chez l'enfant, les troubles du sommeil perturbent aussi leur scolarité, parfois de facon très conséquente.

Sans un sommeil suffisamment réparateur, de par sa qualité et sa durée, les performances diminuent, l'attention est moins bonne et le risque d'accident augmente rapidement.

Pour un bon sommeil, un enfant doit être rassuré et le coucher doit s'entourer d'un rituel.

Mais la régularité des horaires et le temps de sommeil jouent également un rôle essentiel.

Sommeil de l'enfant : privilégier la régularité avant tout

C'est précisément pourquoi l'instauration de la semaine de 4 jours n'est pas une excellente idée, comme le démontrent les études menées depuis l'expérimentation de cette formule dans certaines écoles.

Il est logique de penser que regrouper le travail scolaire sur 4 jours devrait permettre aux enfants de se reposer davantage puisqu'ils disposent alors de trois jours pour récupérer.

Mais dans les faits, ce rythme scolaire est en décalage avec le rythme biologique, il crée des cassures de rythme.
Au final, les journées de travail sont trop longues et trop fatigantes (baisse de vigilance, de performance, absentéisme…), les couchers sont plus souvent tardifs et le rythme est beaucoup plus irrégulier.

Les enfants récupèrent donc moins bien que s'ils travaillaient un jour de plus.

Le plus important est donc bien la régularité du rythme veille/sommeil.

Initialement publié par Isabelle Eustache, journaliste Santé le 27/02/2007 - 00h00 et mis à jour par Isabelle Eustache, journaliste Santé le 07/05/2012 - 15h39

"Passeport du sommeil", Institut du sommeil et de la vigilance, France, janvier 2007.

Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUBLICITÉ
A lire aussi
Le fragile sommeil des adolescents... Mis à jour le 11/09/2009 - 00h00

Les adolescents négligent souvent leur sommeil . Ils finissent ainsi par accumuler des dettes de sommeil qui nuisent à leur forme physique et intellectuelle, et entravent leur réussite scolaire... Pourquoi et comment en arrive-t-on à une telle situat...

Ados : plutôt du matin ou du soir ? Mis à jour le 11/03/2003 - 00h00

On sait quelle somme d'agacement pour les parents représentent les souvent curieuses habitudes de sommeil de nos adolescents. Une étude d'observation en tire les conséquences.

Comment aider son enfant à mieux s'endormir? Publié le 30/10/2012 - 10h02

Dès la naissance, les nuits blanches éprouvent les parents. Ensuite, il faut organiser et pérenniser le rituel du coucher . Ce dernier est particulièrement important, car il apporte une sécurité affective.

Mon enfant dort mal… que faire? Publié le 03/12/2012 - 10h03

Petit dormeur ou gros dormeur, chaque enfant est différent. Si les besoins en sommeil varient en fonction de l’âge, assurer qualité et quantité est fondamental dès la naissance.

Plus d'articles