PUBLICITÉ

Antidépresseur : durée et posologie

Publié par Isabelle Eustache le 19/12/2006 - 00h00
-A +A

La prise en charge d'une dépression doit être efficace pour éviter les rechutes qui sont toujours un écueil redouté. Rappel sur la définition de la dépression, sur le déroulement du traitement par antidépresseurs et sur les modalités de l'arrêt.

PUB

Antidépresseurs : les indications

Avant de s'intéresser au protocole d'arrêt d'un traitement par antidépresseurs, se pose la question de son indication et de sa durée.
Un épisode dépressif se définit par au moins cinq symptômes : humeur dépressive et perte du plaisir ou d'intérêt, et 4 symptômes parmi les suivants : troubles du sommeil, modification du poids, ralentissement psychomoteur, fatigue, dévalorisation ou culpabilité, troubles de la concentration, idées morbides. Selon la classification internationale, ces symptômes durent au moins deux semaines consécutives.

Un traitement antidépresseur comprend trois phases

La prise en charge par antidépresseurs comprend trois phases : traitement curatif de l'épisode dépressif, consolidation et arrêt du traitement ou traitement au long cours.

• Le traitement curatif dure en moyenne 4 à 6 semaines.
• La consolidation dure ensuite 4 à 6 mois après la guérison de l'épisode et à la même posologie. Cette étape essentielle a pour objectif de prévenir les récidives. Durant cet intervalle, le risque est de 40 à 60% !
• S'il s'agit d'un premier épisode isolé, l'arrêt du traitement est envisagé après une période de 4 mois suivant la guérison. Mais le traitement est stoppé très progressivement en diminuant la posologie. Ici, la durée totale du traitement s'étend de 6 mois à un an.
• En cas d'épisodes dépressifs répétitifs, un traitement au long cours est envisagé afin de diminuer le risque de récidives. Sa durée est de deux ans minimum, voire à vie dans certains cas. Mais elle est en moyenne de 5 ans. La posologie est identique à celle employée lors du traitement curatif. En effet, la réduction de la dose pourrait favoriser les récidives. Il semblerait que chez certains patients, les récurrences peuvent cesser spontanément après plusieurs années d'épisodes dépressifs. La seule facon de s'en assurer est alors de diminuer très progressivement la dose tout en surveillant de très près l'apparition d'éventuels signes de rechute. Pour cela, le malade et son entourage doivent être soigneusement informés. Une psychothérapie permet le plus souvent d'améliorer l'efficacité des antidépresseurs.

Publié par Isabelle Eustache le 19/12/2006 - 00h00 FMC le Quotidien du médecin, 2005.
Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUBLICITÉ
A lire aussi
Dépression : un risque de rechute important Mis à jour le 17/06/2003 - 00h00

Les rechutes sont fréquentes, se multiplient et s'accélèrent. Un patient qui a déjà fait un épisode dépressif a 60% de risque d'en faire un autre au cours de sa vie. Celui qui en a fait deux a 70% de risque de rechute. A trois épisodes, cette probabi...

Pour les femmes, certaines périodes favorisent la dépression Mis à jour le 29/07/2008 - 00h00

Les hormones féminines influent sur beaucoup d'aspects de la santé, y compris sur les troubles de l'humeur comme la dépression. Les règles, la période qui suit les accouchements et la préménopause sont à risque pour une dépression; c'est bon à savoir...

Mauvaise saison pour les dépressifs (partie 2) Mis à jour le 01/10/2002 - 00h00

La semaine dernière nous avons vu que la dépression possède une composante organique mais qu'il est aussi possible de dresser un certain profil de la personne dépressive. Ceci permet de déceler les premiers symptômes et de consulter sans tarder.

Plus d'articles