PUBLICITÉ

Alzheimer : une chance de récupérer la mémoire ?

Mise à jour par Marion Garteiser, journaliste santé le 05/12/2013 - 15h08
-A +A

Le contrôle de la production d'une protéine liée à la maladie d'Alzheimer permettait non seulement d'arrêter la progression de la maladie, mais aussi de récupérer une partie des déficits que les médecins croyaient jusqu'ici irréversibles.

PUB

Alzheimer : un fléau de notre époque

La maladie d'Alzheimer est l'une des maladies sur lesquelles la science se penche avec le plus d'énergie en ce moment : il est acquis qu'elle touchera de plus en plus de gens dans les années à venir, puisqu'elle est intimement liée à l'âge et que le vieillissement de la population touche tous les pays occidentaux. Il s'agit d'une pathologie extrêmement lourde pour les patients et difficile à supporter pour leur entourage, mais les dégâts cérébraux que les médecins avaient crus irréversibles pourront peut-être, dans le futur, être réparés.

La protéine tau, envahisseur du cerveau

La maladie d'Alzheimer est causée par la dégénérescence des cellules nerveuses du cerveau. Dans les zones du cerveau qui sont atteintes par cette dégénérescence apparaissent des enchevêtrements de protéines appelées protéines tau ; on n'est pas sûr que ce soient elles qui provoquent la mort cellulaire, mais elles y sont liées. Dans une étude de l'Université du Minnesota, menée sur des souris, les chercheurs ont réussi à contrôler la production des protéines tau dans le cerveau de leurs cobayes.

Un espoir contre Alzheimer... mais à long terme !

En stimulant la production de protéines tau, les chercheurs ont réussi à créer une démence proche de la maladie d'Alzheimer chez les souris : leurs résultats aux tests de mémoire chutaient rapidement. Mais quand les chercheurs ont stoppé la production de nouvelles protéines dans le cerveau des souris, non seulement la mémoire a cessé de se détériorer, mais les performances aux tests ont commencé à s'améliorer. Le cerveau des souris était donc capable de récupérer une partie du terrain que les protéines tau lui avaient fait perdre.

Cette expérience menée à l'Université du Minnesota a déjà plusieurs années, et nous ne sommes pas encore capables d'en faire un traitement contre la maladie d'Alzheimer. Nous n'avons pas la possibilité de bloquer la création de protéines tau dans le cerveau des personnes touchées - et même si nous y arrivions, cela ne permettrait peut-être pas de bloquer la progression de la maladie. Les nombreuses recherches menées au sujet de la maladie d'Alzheimer suivent beaucoup de pistes différentes (prévention, vaccin, contrôle des symptômes…, soutien des aidants proches).

Tous les progrès sont néanmoins bons à prendre...

Initialement publié par Marion Garteiser, journaliste santé le 02/08/2005 - 00h00 et mis à jour par Marion Garteiser, journaliste santé le 05/12/2013 - 15h08
SantaCruz, K. et al., Science15 July 2005:Vol. 309 no. 5733 pp. 476-481. DOI: 10.1126/science.1113694
 
Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUBLICITÉ
A lire aussi
La leptine et Alzheimer Mis à jour le 25/01/2010 - 00h00

La leptine est une hormone qui intéresse beaucoup les chercheurs... le grand public en a surtout entendu parler pour son rapport avec l'obésité. Mais récemment, des scientifiques ont découvert qu'elle pouvait avoir un rapport avec la maladie d'Alzhei...

Plus d'articles