Allergies aux pollens: la désensibilisation sublinguale

Mise à jour par Marion Garteiser, journaliste santé le 12/04/2017 - 10h11
-A +A

Eternuements, nez qui coule, yeux irrités, difficultés respiratoires... les allergies aux pollens constituent un véritable fléau pour des milliers de personnes. Il existe des solutions pour prévenir et soigner ces réactions. En plus des traitements symptomatiques, il est possible de recourir à un traitement curatif, c'est la désensibilisation.

PUB

Désensibilisation contre allergies au pollen

La désensibilisation, encore appelée immunothérapie spécifique ou vaccinothérapie des allergies, est le seul traitement qui permette de modifier l'évolution naturelle de la maladie en rééquilibrant le système immunitaire.

Cette désensibilisation consiste à administrer progressivement des doses croissantes d'extraits d'allergènes. L'immunité étant ainsi modifiée, les symptômes, en cas d'exposition ultérieure à l'allergène incriminé, disparaissent ou s'atténuent.

A plus long terme, la désensibilisation prévient le passage à la chronicité et empêche l'apparition de nouvelles allergies et l'aggravation vers des formes plus sévères (notamment l'apparition d'un asthme chez les patients atteints de rhinite allergique). Aujourd'hui, la qualité des extraits allergéniques s'est considérablement améliorée, les experts de l'OMS (Organisation Mondiale de la Santé) ont formulé des recommandations précises et la communauté médicale internationale s'accorde pour intégrer ce traitement à part entière dans la prise en charge des maladies allergiques.

La désensibilisation offre environ 70% de bons résultats.

A qui s'adresse la désensibilisation?

La désensibilisation est destinée aux patients réagissant à un, deux ou trois allergènes au maximum.

En effet, il est illusoire d'entreprendre une désensibilisation chez les sujets polysensibilisés, c'est-à-dire allergiques à un trop grand nombre de substances différentes.
Inversement, il n'est pas nécessaire de proposer ce traitement à des allergiques gênés durant une ou deux semaines par an et consommant peu de médicaments symptomatiques.

Avant de prescrire une désensibilisation, il est indispensable d'effectuer un bilan allergologique précis chez un médecin allergologue, afin d'identifier très exactement les pollens mis en cause. Toutes les maladies allergiques ne peuvent pas être traitées par cette méthode.

La désensibilisation est indiquée chez les personnes présentant une rhinite, une conjonctivite ou un asthme modéré, provoqués par les pollens.
Elle est également indiquée chez les personnes allergiques aux acariens, aux hyménoptères et, dans une moindre mesure, aux chats, chiens et moisissures.

On ne débute pas une désensibilisation chez une femme enceinte ou allaitante. Toutefois, on peut poursuivre un traitement commencé préalablement.
La désensibilisation ne s'effectue pas chez les enfants de moins de cinq ans, chez les personnes âgées et chez celles atteintes de maladies dégénératives, immunitaires, de cancer…....

Initialement publié par Isabelle Eustache, adapté par C. De Kock, journaliste santé le 19/04/2005 - 00h00 et mis à jour par Marion Garteiser, journaliste santé le 12/04/2017 - 10h11

" Le guide des allergies aux pollens ", Dr Pierrick Hordé, éditions Flammarion.

Notez cet article
PUB
A lire aussi
Plus d'articles