PUBLICITÉ

L'activité physique fait grimper votre taux de DHEA !

Publié par Isabelle Eustache : Adaptation : Dr Philippe Burton le 10/11/2001 - 00h00
-A +A

Visiblement toutes les vertus du sport n'ont pas encore été découvertes ! Pratiquée régulièrement, l'activité physique pourrait faire grimper votre taux de DHEA.

PUB

Retour au sport ?

A l'heure de la complémentation sauvage et des mises en gardes remettant en cause le rapport bénéfice/risque de la DHEA soit disant " miracle ", cette découverte pourrait décider nombre de sédentaire à bouger régulièrement.Ont participé à cette étude 16 volontaires, tous diabétiques de type 2 (diabète non insulinodépendant : diabète de la personne âgée).

  • Tandis qu'une moitié d'entre eux avait pour consigne de continuer à mener leur existence habituelle sans séance de sport,
  • l'autre moitié a été soumise à un entraînement physique strict durant deux mois :
  • deux séances hebdomadaires de 45 minutes d'aérobic,
  • plus une séance de cyclisme.
Les profils lipidiques, hormonaux et la répartition physique des graisses ont été mesurés, puis comparés dans les deux groupes afin d'enregistrer les effets de l'exercice physique sur l'organisme.

Des résultats sans équivoque

En deux mois, le groupe de sportifs présentait :

  • une diminution des taux de triglycérides,
  • une diminution de la masse graisseuse viscérale et sous-cutanée,
  • ainsi qu'une augmentation de la masse musculaire,
  • et une augmentation du taux de DHEA plasmatique.
On savait déjà que l'activité sportive avait pour effet d'accroître la sécrétion d'endorphine. On peut aujourd'hui supposer qu'elle participe à la régulation d'autres hormones, dont la DHEA.Certes les sujets ayant participé à cette analyse étaient peu nombreux et tous diabétiques, mais il devrait être possible d'extrapoler raisonnablement les conclusions de cet essai à la population générale afin de prôner les bénéfices du sport : prévention du risque cardiovasculaire, de certaines maladies articulaires et métaboliques, amélioration de l'humeur, du stress et, si ces résultats se confirment, augmentation du taux de DHEA.
Publié par Dr Philippe Burton le 10/11/2001 - 00h00 Int. J. Obesity, octobre 2001
Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUBLICITÉ
A lire aussi
DHEA pour les schizophrènes Mis à jour le 18/03/2003 - 00h00

Après un engouement sans précédent de la DHEA pour lutter contre le vieillissement, des chercheurs ouvrent une piste intéressante en montrant un effet potentiel de cette molécule dans la schizophrénie.

Jogging : à vos marques... Prêt, partez ! Publié le 27/04/2017 - 12h41

Un petit jogging dans les bois ou une course à pied dans les rues de votre quartier est non seulement bon pour le coeur, mais il peut aussi aider à perdre du poids et à prévenir certaines maladies comme le diabète. Convaincu(e) ? Alors sautez dans vo...

Plus d'articles