Vous prenez la pilule ? Votre risque de cancer de l'ovaire est diminué !

Mise à jour par Isabelle Eustache, journaliste Santé le 22/09/2014 - 14h46
-A +A

Assez peu fréquent, le cancer de l'ovaire est redoutable de par son sombre pronostic. Une étude a confirmé le rôle protecteur de la contraception orale.

L'avantage est que même 30 ans après l'arrêt de la pilule, la protection perdure...

PUB

Contre le cancer de l'ovaire, une surveillance gynécologique s'impose

Le mauvais pronostic du cancer de l'ovaire est lié au fait qu'il est très longtemps asymptomatique et donc dépisté tardivement, à un stade déjà avancé. Dans un tel contexte, la prévention est un atout considérable. On recommande donc une surveillance gynécologique très régulière et de consulter son médecin ou gynécologue en cas de signes évocateurs (mais non spécifiques du cancer de l'ovaire) : gonflement ou tension de l'abdomen, sensation de poids sur le ventre, douleurs pelviennes et lombaires, besoins impérieux d'uriner, troubles digestifs, variations de poids, troubles des règles, rapports sexuels douloureux, fatigue, etc.

Parallèlement, certaines femmes présentent plus de risques que d'autres. En effet, des facteurs de risque sont bien connus : l'âge (plus de 50 ans), les antécédents familiaux de cancer de l'ovaire, de l'utérus, du sein et du côlon, une prédisposition génétique impliquant le même gène que celui associé au cancer du sein, des règles précoces, une ménopause tardive, premier enfant à un âge tardif, ne pas avoir eu d'enfant et le traitement hormonal substitutif de la ménopause.

Un facteur qui protège du cancer de l'ovaire : la contraception orale

Longtemps suggéré, une étude a confirmé en 2008 le rôle d'un facteur protecteur, cette fois-ci : il s'agit de la contraception orale.

En quoi la pilule (massivement utilisée chez les jeunes femmes) peut-elle être intéressante vis-à-vis d'un cancer qui se manifeste dans la majorité des cas après la ménopause ? C'est que la contraception orale protège du cancer de l'ovaire plus de 30 ans après l'avoir arrêtée.

Au cours de  cette étude, quelque 20.000 femmes atteintes d'un cancer de l'ovaire (âge moyen du diagnostic du cancer : 56 ans) ont été comparées à 87.000 femmes témoins de 21 pays différents. Il s'avère que plus la durée de la contraception orale a été longue, plus le risque de cancer de l'ovaire est diminué. Par ailleurs, si cet effet protecteur tend à diminuer avec le temps, il persiste néanmoins au-delà de 30 ans après l'arrêt de la pilule.

Lorsque la pilule a été interrompue moins de 10 ans auparavant, le risque est réduit de 29%. Pour une pilule arrêtée 10 à 20 ans auparavant, la réduction du risque est de 19% et l'est encore de 15% pour les femmes ayant stoppé la pilule 20 à 30 ans plus tôt.

Sachant que des centaines de millions de femmes jeunes utilisent la pilule dans le monde entier, on peut s'attendre à ce que la pilule permette d'éviter 30.000 tumeurs de l'ovaire annuellement au cours des années à venir…

Initialement publié par Isabelle Eustache, journaliste Santé le 13/01/2009 - 00h00 et mis à jour par Isabelle Eustache, journaliste Santé le 22/09/2014 - 14h46

The Lancet, 2008.

Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUB
A lire aussi
Après 8 ans de pilule, on change de contraception Mis à jour le 02/10/2007 - 00h00

La pilule est-elle associée à un risque ou à un bénéfice vis-à-vis des cancers ? Jusqu'à présent, les études étaient en faveur d'un effet protecteur de la contraception orale sur les cancers . Tout en confirmant cette relation avantageuse, une nouvel...

Plus d'articles