Vivre avec une prothèse de hanche

Mise à jour par Isabelle Eustache, journaliste Santé le 22/02/2016 - 11h42
-A +A

Le remplacement de l'articulation de la hanche par une prothèse a considérablement amélioré la qualité de vie d'un grand nombre de patients atteints d'arthrose, de rhumatisme inflammatoire ou de séquelles traumatiques. Quelques repères pour bien vivre avec et éviter tout risque et complications.

PUB

Une prothèse est proposée quand l'articulation est usée et douloureuse

Lorsque les douleurs deviennent difficilement supportables et que le traitement médical (médicaments, infiltrations, rééducation) ne soulage plus, le remplacement prothétique devient la seule solution. La douleur, la gêne aux mouvements et leur impact sur la qualité de vie constituent les éléments déterminants de l'intervention. D'autres critères sont pris en compte dans l'indication opératoire comme le degré d'usure de l'articulation, l'âge ou la profession exercée.

Plusieurs mois sont nécessaires pour tirer tout le bénéfice de l'intervention

La reprise de l'activité doit se faire de façon harmonieuse et progressive au cours des deux mois suivant l'intervention. En pratique, il faut compter 5 à 8 mois pour obtenir le résultat optimum après une intervention sur le membre inférieur. Il est alors possible de vivre normalement avec une prothèse dans les conditions habituelles d'activités quotidiennes. Mais tenez toujours compte de votre âge et de vos capacités physiques antérieures à l'opération.

Initialement publié par Isabelle Eustache, adapté par C. De Kock, journaliste santé le 20/01/2004 - 00h00 et mis à jour par Isabelle Eustache, journaliste Santé le 22/02/2016 - 11h42

"Os et Articulations, un " CAPITAL " pour la vie", Informations Pratiques n°2, Vivre avec une prothèse de hanche, Société Française de Chirurgie Orthopédique et Traumatologique (SOFCOT, www.sofcot.fr), Pr Jean-Pierre Courpied, chirurgien orthopédiste.

Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
Scorpio42

Après l'intervention, il est impératif de ne pas se laisser faire d'injection quelconque, dans la cuisse ou dans la fesse concernée; éviter aussi les rotations sur place, genre demi-tour militaire. A part cela, j'ai été opéré des deux côtés en 2001 et 2002, j'ai 74 ans et aucun problème.

PUB
A lire aussi
Plus d'articles