Vieillissement réussi : bougez, ça marche !

Mise à jour par Marion Garteiser, journaliste santé le 04/02/2016 - 12h59
-A +A

Le vieillissement est un processus complexe, qui résulte de nombreuses variables telles que les facteurs génétiques, le mode de vie, les maladies chroniques, etc. Ces éléments vont interagir entre eux et influencer la façon de vieillir. La pratique d'une activité physique régulière, quand elle comporte des exercices visant à maintenir la fonction cardiovasculaire, est récompensée par une incroyable liste d'effets bénéfiques. Tous vont contribuer à un vieillissement "en bonne santé".

Les bénéfices d'un entraînement physique sont impressionnants !

Par rapport à une personne sédentaire, on constate que chez un sujet de plus de 60 ans, pratiquant régulièrement une activité physique d'intensité suffisante :

  • La pression artérielle (tant systolique que diastolique) est plus basse.
  • La capacité pulmonaire est conservée, protégeant des affections respiratoires.
  • La VO2 max (consommation maximale d'oxygène) peut se maintenir, voire augmenter. La VO2 max est le paramètre le plus représentatif de la forme cardiocirculatoire. L'une des caractéristiques majeures du vieillissement est sa baisse régulière de 10 % par décennie à partir de 25 ans.
  • L'équilibre lipidique se modifie favorablement avec une augmentation du cholestérol HDL et une baisse du cholestérol total, des triglycérides et des LDL.
  • La glycémie à jeun diminue, et la sensibilité à l'insuline est meilleure, ce qui permet de lutter contre l'installation du diabète gras ou DNID (diabète non insulinodépendant).
  • Les tendances à l'anxiété et à la dépression sont moindres.
  • Le statut immunitaire s'améliore.
  • La perte osseuse diminue (prévention de l'ostéoporose).

Quelques conseils pratiques : Soyez réguliers

Pour être efficace, l'activité physique doit être prolongée tout au long de la vie. Le sportif de haut niveau qui cesse toute activité physique à 30 ans aura, vers 60 ans et plus, un risque vasculaire égal à celui d'un sujet sédentaire de même âge.
Une personne qui a commencé son activité physique tardivement vers 30/40 ans, et l'a poursuivie régulièrement jusqu'à l'âge de 60 ans et plus, a un risque vasculaire réduit. Trois séances par semaine semblent constituer un rythme idéal.

Initialement publié le 11/09/2007 - 00h00 et mis à jour par Marion Garteiser, journaliste santé le 04/02/2016 - 12h59

Katzel et al., effects of weight loss vs, aerobic exercise training on risk factors for coronary disease in healthy, obese, middlelaged and older men. JAMA 1995, 274: 1915-1920. M. Bonnefoy, bénéfices de l'activité physique chez le sujet âgé, La Revue de Gériatrie, 2000, 25 (5): 311-315.

Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUB
A lire aussi
L'incontinence urinaire accentue la sédentarité Mis à jour le 28/06/2005 - 00h00

Particulièrement chez les jeunes, l'incontinence urinaire au cours de l'effort, peut représenter un frein important à la pratique sportive. D'où l'intérêt de consulter pour traiter cette affection et pouvoir profiter des bienfaits de l'activité physi...

Plus d'articles