Végétarisme

Mise à jour le 12/08/2009 - 02h00
-A +A

Le principe de base du végétarisme est l'exclusion de toute chair animale de l'alimentation. Mais, comme en politique, il existe divers "courants" dans le végétarisme. Et aussi différentes raisons de devenir végétarien. Sous la poussée écologiste, le végétarisme rencontre de plus en plus d'adeptes dans les pays développés. Il n'est pas pour autant récent mais il s'est toujours révélé bon pour la santé.

PUB

Déjà Pythagore...

On situe souvent l'origine du végétarisme en Inde et dans le bouddhisme. Mais les bouddhistes ne sont pas obligatoirement végétariens, et selon une enquête de 2006, 30 et 40 % des Indiens sont végétariens. Le végétarien le plus ancien connu est Pythagore. Parmi les végétariens célèbres - bien que leur célébrité provienne de leur oeuvre et non de leur alimentation - on compte Léonard de Vinci, Lamartine, Tolstoï, Einstein, Kafka, Bernard Shaw, etc. En fait, le terme de végétarisme est apparu seulement à la fin du 19ème siècle. L'essor économique de la révolution industrielle avait alors chassé les famines. Un choix alimentaire devenait possible, guidé par des croyances philosophiques. Le Dr Biercher-Brenner, médecin suisse fut le chef de file d'un courant végétarien important. Il inventa le muesli, ce mélange de céréales et de fruits secs ou séchés toujours utilisé au petit déjeuner.Le végétarisme devait disparaître avec les restrictions lors des guerres mondiales de la première moitié du 20ème siècle. On le vit revenir avec le retour de l'abondance alimentaire dans les années 70.

Pourquoi est-on végétarien ?

Nombreuses et variées sont les raisons qui conduisent au végétarisme. Refus de tuer des animaux et de consommer leurs cadavres, refus aussi des techniques modernes de l'élevage de certains d'entre eux, révolte devant l'inégalité de la répartition dans le monde des richesses alimentaires, besoin de pureté (les protéines d'origine animale étant considérées nocives car leurs résidus se putréfient à l'issue de la digestion), crainte des toxines générées par les aliments d'origine animale en se dégradant, dégoût de la viande.Mais à toutes ces raisons éthiques et hygiénistes, se sont ajoutées au cours des dernières années la peur de "la vache folle", et aussi le souci de la prévention de la maladie cardio-vasculaire. Enfin et récemment, la fibre écologique : l'élevage consomme trop de grains, trop d'eau, trop d'énergie et en plus les pets des troupeaux (20 % des émissions totales de méthane) contribuent au réchauffement de la planète.

Initialement publié le 09/07/2001 - 02h00 et mis à jour le 12/08/2009 - 02h00
Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
SoVie

Le risque le plus important est la carence en vitamine B12! C'est dommage qu'un site d'informations comme celui-ci passe sous silence cet élément essentiel. http://www.vivelab12.fr/

PUB
A lire aussi
Je suis végétarien, mais je me soigne... Mis à jour le 18/05/2004 - 00h00

Le végétarisme rebute parfois. Il est considéré, à tort, comme une alimentation marginale, où les plaisirs de la table se limitent aux crudités et autres fruits à croquer. Loin de cette image d'Epinal, le végétarien est, avant tout, un individu qui p...

Quand l'intelligence fait manger plus de légumes Mis à jour le 09/01/2007 - 00h00

Les végétariens sont-ils plus intelligents que les autres ? Inversement les plus intelligents optent-ils davantage pour un régime alimentaire végétarien ? Les résultats d'une étude répondent à cette question.

Plus d'articles