Vaccins contre les HPV : pas de risque de maladies auto-immunes

Publié par Isabelle Eustache, journaliste Santé le 17/09/2015 - 12h16
-A +A

Les vaccins contre les infections à papillomavirus humains (HPV), Gardasil® et Cervarix®, n’entraînent pas d’augmentation du risque global de survenue de maladies auto-immunes

PUB

Vaccins contre les HPV et maladies auto-immunes

Les papillomavirus (HPV) sont des virus impliqués dans près de 70% des cancers du col de l’utérus, d’où la recommandation de vacciner toutes les jeunes filles entre 11 et 14 ans, juste avant le début de leur vie sexuelle. Or les détracteurs de cette vaccination accusent le Gardasil® et le Cervarix® d’augmenter le risque de certaines maladies auto-immunes. Une étude française apporte la preuve du contraire.

Il n’existe pas de différence de survenue de maladies auto-immunes entre les jeunes filles vaccinées et non vaccinées.

Seule une augmentation du risque de syndrome de Guillain-Barré après vaccination est apparue, comme cela est déjà signalé dans l’autorisation de mise sur le marché (AMM) des vaccins.

Les vaccins contre les HPV sont sûrs

Mais étant donnée la rareté de cette maladie (1 à 2 cas pour 100.000 jeunes filles vaccinées), la balance bénéfice-risque des vaccins contre les infections à HPV n’est pas remise en cause. Les deux Institutions concluent de façon très rassurante que « les bénéfices attendus de cette vaccination en termes de santé publique restent bien plus importants que les risques auxquels elle peut exposer les jeunes filles ».

On retiendra qu’il est recommandé de vacciner les jeunes filles à l’âge de 11 ans (deux doses) afin de les protéger du cancer du col de l’utérus. Mais attention, le vaccin ne dispense pas de réaliser un frottis tous les 3 ans à partir de l’âge de 25 ans.

Publié par Isabelle Eustache, journaliste Santé le 17/09/2015 - 12h16

Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (Ansm), « Vaccination contre les infections à HPV et risque de maladies auto-immunes : une étude Cnamts/ANSM rassurante », Point d’information du 13 septembre 2015.

Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUB
A lire aussi
Coqueluche: vaccination indispensable pour les futurs parents Publié le 26/02/2013 - 11h14

Actuellement en recrudescence, la coqueluche est une maladie dangereuse pour les bébés . Les parents peuvent transmettre la coqueluche à leur bébé s'ils sont porteurs de la bactérie ; pour mettre toutes les chances de leur côté, un rappel de vaccin l...

Conisation: risque d'accouchement prématuré Publié le 02/04/2013 - 17h11

La conisation consiste à ôter une partie des tissus du col utérin dans le cadre d'un traitement curatif de lésions pré-cancéreuses . Cette technique chirurgicale est efficace, mais semble majorer le risque ultérieur d'accouchement prématuré.

Plus d'articles