Un trouble du rythme cardiaque majeur: la fibrillation auriculaire

Mise à jour par Marion Garteiser, journaliste santé le 28/01/2013 - 16h34
-A +A

La fibrillation auriculaire est une arythmie du coeur qui se manifeste souvent par des palpitations, voire aussi parfois par des essoufflements.

Les personnes atteintes de ce trouble du rythme sont généralement âgées et présentent un haut risque cardiovasculaire.

PUB

La fibrillation auriculaire, c'est quoi exactement?

La fibrillation auriculaire correspond à une activation anarchique des oreillettes. Or lorsque les oreillettes du cœur ne se contractent pas, cela induit une contraction irrégulière des ventricules. Il s'agit d'un trouble majeur en cardiologie qui doit être pris en charge.

Les personnes touchées par une fibrillation auriculaire présentent généralement des palpitations, plus rarement des essoufflements.
Un bilan cardiovasculaire rigoureux s'impose, comprenant un électrocardiogramme (ECG), avec parfois un enregistrement de l'activité du cœur durant 24 heures, et une échographie du cœur.
Cette arythmie n'est plus considérée comme une maladie isolée. Elle survient le plus souvent chez des sujets ayant une maladie cardiovasculaire sous-jacente (insuffisance cardiaque, diabète, hypertension, maladie coronaire, antécédent d'accident ischémique transitoire…), c'est-à-dire présentant un haut risque cardiovasculaire.

A noter que si toutes les maladies cardiovasculaires peuvent se compliquer d'une fibrillation auriculaire, ce trouble est fortement associé à l'hypertension: 75% des personnes touchées par la fibrillation auriculaire sont hypertendues.

 

Fibrillation auriculaire et accident vasculaire cérébral

Une complication grave de la fibrillation auriculaire est l'accident thrombo-embolique.

En effet, l'arythmie s'accompagne d'une dilatation des oreillettes et d'une stagnation du sang, des facteurs qui favorisent la formation de caillots dans les oreillettes. Un tel caillot libéré dans la circulation sanguine peut provoquer des accidents, dont le plus grave est l'embolie au niveau d'une artère cérébrale, à l'origine d'un accident vasculaire cérébral.

Ce risque est très important puisque 15% des accidents vasculaires cérébraux sont dus à une défibrillation auriculaire.

En cas d'épisode isolé, et après un bilan cardiaque complet, une surveillance est mise en place.

En revanche, une forme plus sévère de fibrillation auriculaire nécessite la mise en place d'un traitement.

  • Il existe des médicaments anti-arythmiques qui permettent de rétablir la contraction des différentes parties du muscle cardiaque.
  • On utilise également des anticoagulants pour s'opposer à la formation de caillots sanguins. De nouveaux médicaments anticoagulants et anti-arythmiques sont en cours de développement.
  • Les techniques d'ablation progressent. Ces dernières reposent sur l'ablation de la zone arythmogène par la chaleur ou le froid (radiofréquence ou cryo-ablation) et sont encore réservées à une catégorie particulière et limitée de patients.
Initialement publié par Dr Philippe Presles le 19/01/2009 - 00h00 et mis à jour par Marion Garteiser, journaliste santé le 28/01/2013 - 16h34

XIXe Journées Européennes de la Société française de cardiologie, 7 janvier 2009.

Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUB
A lire aussi
Quels sont les symptômes d'une fibrillation auriculaire? Publié le 16/04/2013 - 12h02

Palpitations, accélérations cardiaques, irrégularités des contractions, voire essoufflement? Et si c’était une fibrillation auriculaire? Cette arythmie du cœur est le trouble du rythme cardiaque le plus fréquent, elle mutliplie par trois le risque d'...

Palpitations : quand consulter ? Publié le 13/05/2014 - 10h36

Tout à coup, votre cœur se met à battre de façon irrégulière et accélérée ? Vous ressentez des palpitations ? Ce trouble du rythme du cœur peut correspondre à une fibrillation auriculaire . Vous devez consulter un cardiologue dans la journée. Explica...

Plus d'articles