Trop de viande rouge double le risque de cancer colorectal

Publié par Dr Philippe Presles, adapté par C. De Kock, journaliste santé le 08/02/2005 - 00h00
-A +A

Les résultats de cette étude ne vont pas dans le sens d'une réhabilitation de la viande rouge. En effet, ils montrent que les plus grands consommateurs de viande rouge voient leur risque de cancer colorectal augmenter de 50%.

PUB

La modernisation de notre mode de vie s'est accompagnée d'erreurs alimentaires, lesquelles, au même titre que la sédentarité, sont accusées de contribuer à l'épidémie d'obésité et à ses complications. On le dit et on le répète, nous mangeons trop de produits gras (viandes grasses, plat cuisinés, beurre, margarine, viennoiseries…) et pas assez de poisson, de fruits, de légumes et de féculents (pain, riz complet…). C'est ainsi que la viande rouge a particulièrement mauvaise réputation, car riche en acides gras saturés, lesquels sont réputés pour être néfastes à notre santé.

Sans parler de la vache folle, la viande a souvent été accusée de représenter un facteur favorisant de nombreuses pathologies (cancers, maladies cardiovasculaires, polyarthrite rhumatoïde…). Une nouvelle publication renforce ces accusations.

Cette étude a porté sur une population de 150.000 adultes âgés en moyenne de 63 ans. Après avoir recueilli, à l'aide de questionnaires, des informations portant sur leurs habitudes alimentaires, leurs dépenses physiques ou leurs antécédents, les auteurs constatent que les plus grands mangeurs de viande rouge en consomment dix fois plus que les plus petits consommateurs, et les femmes 17 fois plus. Entre 1982, date à laquelle cet essai a débuté, et 1992, 1.667 cancers colorectaux ont été dépistés. Les patients qui ont été considérés comme les plus gros consommateurs de viande rouge en début et en fin d'étude, présentaient un risque de cancer colorectal deux fois plus élevé. Inversement, ceux qui mangeaient le plus de poisson et de poulet, diminuaient ce risque de 23 à 30%. Cette chute du risque n'a cependant été observée que pour le cancer du côlon.

Toutefois attention, on parle ici d'apports importants de viande rouge. Une consommation faible ou modérée ne semble pas néfaste, d'autant plus si l'on choisit les morceaux les plus maigres. Ce qu'il faut, c'est varier les plaisirs en alternant viande rouge, viande blanche, Œufs, jambon maigre, et deux fois par semaine au minimum, du poisson. Et si vous n'êtes pas particulièrement amateur de viande rouge, ne vous forcez pas à en manger chaque jour. Bien d'autres aliments apportent des protéines, à commencer par les féculents, riches en protéines végétales. Mais ne tombez pas non plus dans l'excès inverse, car la viande rouge représente un apport intéressant en vitamines et en minéraux, et notamment en fer, dont nombre de femmes tendent à être déficitaires.Dans le domaine de l'alimentation, tout est question d'équilibre et de variété !

Abonnez-vous gratuitement à la newsletter e-santé !Site Fédération Belge contre le Cancer

Publié par Dr Philippe Presles, adapté par C. De Kock, journaliste santé le 08/02/2005 - 00h00 Thun C.A. et coll., JAMA, 293 : 172-193, 233-234, 2005.
Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUB
A lire aussi
La viande : le vrai et le faux Mis à jour le 03/02/2004 - 00h00

Certaines personnes se méfient de la viande comme de la peste. Maladies cardiovasculaires, cancer, hormones, antibiotiques,… La viande est dans la ligne de mire. Le point sur la question.

Plus d'articles