Transpiration excessive : la solution Botox

Mise à jour par Isabelle Eustache, journaliste Santé le 17/07/2015 - 16h39
-A +A

PUB

Le Botox®, une alternative contre la transpiration excessive

Le Botox® n’est pas réservé au seul traitement des rides. Célèbres pour leur usage antirides, les injections de toxine botulique ont d’autres indications, comme ici dans le traitement de la transpiration excessive.

En effet, la toxine botulique agit en paralysant les muscles. C’est via ce mécanisme que l’on atténue les rides d’expression, mais que l’on peut aussi neutraliser les glandes sudoripares et donc bloquer la production de sueur.

Que ce soit au niveau des pieds, des mains, des aisselles ou du front, le dermatologue ou le chirurgien applique de l’iode ou de la Bétadine puis de l’amidon pour noircir de façon plus intense les endroits qui transpirent le plus. De multiples micro-piqûres (environ une dizaine par zone) sont réalisées pour injecter le Botox® sous la peau dans les zones de transpiration maximale.

Technique peu douloureuse, une petite anesthésie locale est néanmoins proposée pour les zones les plus sensibles, notamment la paume des mains et la plante des pieds.

Le Botox® agit dès le 2e ou 3e jour, mais il faut attendre une à deux semaines pour obtenir l’effet maximal.

Efficace, sans danger et présentant peu de contre-indications (myasthénie, sclérose latérale amyotrophique, antibiotiques aminosides, femmes enceintes, qui allaitent), ce traitement présente néanmoins deux inconvénients :

  • Son effet provisoire. Il dure environ 6 mois (entre 4 et 9 mois selon les personnes, les zones traitées, la dose totale de Botox® injectée), ce qui implique de le renouveler régulièrement.
  • Son prix : au grand minimum dans les 300 euros.
Initialement publié par Isabelle Eustache, journaliste Santé le 19/05/2015 - 15h04 et mis à jour par Isabelle Eustache, journaliste Santé le 17/07/2015 - 16h39

Morpholife Paris, http://morpholife.com. Clinique des Champs Elysées, http://www.crpce.com/medecine-esthetique/toxine-botulique.

Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUB