Les traitements anti-cancer augmentent les problèmes cardiaques

Publié par Pieter Segaert, journaliste santé le 11/01/2010 - 00h00
-A +A

Les traitements anti-cancer agressifs peuvent provoquer des problèmes cardiaques jusqu'à trente ans après leur arrêt. Il faut dès lors suivre de manière adéquate et régulière le coeur des anciens patients cancéreux.

PUB

Traitement anti-cancer et problèmes cardiaques


Les progrès de la médecine ont permis de guérir un nombre toujours plus grand d'enfants et d'adolescents atteints d'un cancer. Mais il arrive que ce traitement provoque à terme d'autres maladies, comme de nouvelles tumeurs, des dérèglements hormonaux et des troubles de la croissance et du développement.

Le risque spécifique de décès dû à des problèmes cardiaques serait deux à cinq fois plus élevé après un traitement par chimiothérapie et deux à six fois plus élevé après un traitement par radiothérapie.

Le lien entre le traitement anti-cancer et les problèmes cardiaques est connu depuis longtemps. Jusqu'à présent, en ce qui concerne la chimiothérapie, les scientifiques n'ont pu relever que des indications de problèmes cardiaques causés par les anthracyclines.

Les anthracyclines provoquent un grossissement du coeur chez 20% des anciens patients cancéreux, 15 à 20 ans après l'arrêt du traitement. Ils entrent toutefois dans la composition de la chimiothérapie la plus utilisée et la plus efficace. Ils ont nettement contribué à l'augmentation des chances de survie après un cancer.

Dans le cas de la radiothérapie, il est fréquemment impossible d'éviter qu'une petite partie du coeur ne soit irradiée, ce qui endommage des cellules cardiaques saines.

Jusqu'à trente ans après


Ces dernières années, la recherche a confirmé que des adultes ayant développé, dans l'enfance ou dans l'adolescence, un cancer ensuite guéri par chimiothérapie et/ou radiothérapie, peuvent présenter un éventail de problèmes cardiovasculaires: crise cardiaque, inflammation cardiaque et trouble de la valve cardiaque, jusqu'à trente ans après la fin de la thérapie.

Une étude récente de l'University of Minnesota portant sur 14.000 anciens patients cancéreux, vient de conclure que ces atteintes peuvent aussi se produire avec des doses anti-cancer plus faibles. De plus, elles apparaissent aussi dans le cas d'autres types de traitement anti-cancer.

Publié par Pieter Segaert, journaliste santé le 11/01/2010 - 00h00 Mulrooney D. et al. Cardiac outcomes in a cohort of adult survivors of childhood and adolescent cancer: retrospective analysis of the Childhood Cancer Survicor Study cohort. British Medical Journal, 2009.
Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUB
A lire aussi
Plus d'articles