Traitement du sida : comment vit-on aujourd’hui sous antirétroviraux ?

Mise à jour par Isabelle Eustache, journaliste Santé le 25/06/2013 - 14h50
-A +A

Concernant le virus du sida, l’enjeu est double : stopper la transmission du virus et mettre sous traitement les porteurs du virus du sida le plus tôt possible car les traitements actuels, les médicaments antirétroviraux, ne permettent pas de guérir du sida, mais seulement d’empêcher la multiplication du virus dans l'organisme (réplication)…

PUB

Traitement du sida : quelle qualité de vie sous antirétroviraux ?

La recherche est toujours active dans le domaine des traitements du sida, mais à ce jour, il n’existe toujours pas de traitement curatif. La seule prise en charge dont on dispose est le traitement antirétroviral, dont l’efficacité s’améliore et qui vise à empêcher la réplication du virus du sida.

Ce traitement, à condition d’être mis en place le plus tôt possible, permet de freiner l’évolution vers la maladie sida. Autrement dit, encore aujourd’hui, le dépistage est primordial pour stopper la contamination de nouvelles personnes et pour traiter les personnes porteuses du virus du sida.

Effets secondaires des antirétroviraux

Reste que la prise d’antirétroviraux à long terme s’accompagne aussi d’effets secondaires, qu’une étude a tenté d’évaluer en suivant une population de 1.200 patients français infectés par le VIH et sous antirétroviraux depuis 5 ans ou plus, entre mars et juillet 2010 (cohorte Prélude). L’objectif principal était de décrire les troubles liés aux traitements qui influencent la vie des patients et leurs perceptions.

Hyperglycémie, surpoids, pathologies cardiovasculaires...
Les patients, majoritairement des hommes (71%), étaient âgés en moyenne de 47 ans, séropositifs depuis 15 ans en moyenne et sous antirétroviraux depuis 12 ans. Les complications étaient le plus souvent de type hyperglycémie, surpoids, hépatite C, pathologies cardiovasculaires, addictions (tabac 91%, alcool 31%).

Quelque 79% des patients se sont plaints d’au moins un trouble dans les trois catégories suivantes :

  • Trouble physique : modifications corporelles, fatigue, ballonnements, diarrhées…
  • Trouble neuropsychique  : troubles du sommeil, sentiment de vide, tristesse, perte de mémoire, crampes, douleurs au niveau des muscles…
  • Alteration de la qualité de vie : limitation due à la fatigue, gêne liée aux modifications corporelles, aux troubles neuropsychiques.

Fatigue, troubles du sommeil, de la mémoire...
On retiendra que les patients sous traitement antirétroviral sont le plus souvent victimes de fatigue avec un fort retentissement dans leur vie quotidienne, viennent ensuite les troubles du sommeil, de la mémoire et les changements corporels.

Initialement publié par Isabelle Eustache, journaliste Santé le 04/01/2012 - 12h19 et mis à jour par Isabelle Eustache, journaliste Santé le 25/06/2013 - 14h50

Le Quotidien du Médecin, 8 décembre 2011 ; XIIIe Assises & XIIe Congrès de la Société Française de Lutte contre le Sida, symposium Abbott France, décembre 2011 ; Bulletin épidémiologique hebdomadaire n° 43-44, décembre 2011. BEH n°46-47/2012, Numéro thématique – VIH/sida en France : données de surveillance et études.

Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUB
A lire aussi
Séropositif ou malade du sida ? Publié le 24/06/2013 - 16h12

Une personne séropositive est porteuse du virus du sida, mais n'a pas développé la maladie. En revanche, une personne atteinte du sida a dépassé ce stade, présente des symptômes et a développé la maladie. Dans les deux cas, un traitement est possible...

VIH : les autotests disponibles en pharmacie Publié le 15/12/2016 - 16h33

Des autotests de dépistage du VIH sont en vente dans les pharmacies belges depuis novembre 2016. Disponibles sans prescription médicale, ils constituent un outil supplémentaire dans la lutte contre le sida.

Sida et hépatite C : liaison dangereuse Mis à jour le 10/12/2002 - 00h00

Selon une étude de l' Agence Nationale de Recherche sur le Sida ( ANRS ), être porteur à la fois du virus du Sida et de celui de l'hépatite C pose des problèmes : l'infection VIH aggrave fortement l'hépatite C.

Plus d'articles