Tournée minérale : est-ce que vous tenez bon ?

Publié par Marion Garteiser, journaliste santé le 25/01/2017 - 12h12
-A +A

Tournée minérale, c’est une initiative de la Fondation contre le cancer. Un défi, plus exactement : renoncer à l’alcool pendant tout un mois, et verser l’argent économisé à la Fondation.

PUB

Une lutte légitime

L’idée est excellente. D’abord parce que consacrer son budget « alcool » à la lutte contre le cancer, c’est être deux fois gagnant contre l’alcool. On protège sa santé, et en plus on soutient ceux et celles qui luttent contre le cancer, dont l’alcool est l’une des causes évitables principales avec le tabac. On peut aussi bien sûr espérer que certaines des personnes qui auront suivi la tournée minérale boiront moins après, parce qu’elles en auront perdu l’habitude ou qu’elles auront retrouvé un plaisir de sortir sans boire qu’elles n’imaginaient pas.

Au-delà du mois de janvier

Mais même si pas une seule personne ne change sa consommation d’alcool après ce mois sans boire, nous serions prêts à parier qu’une telle initiative sera positive. Parce qu’il s’agit aussi de nourrir une réflexion sur nos rapports avec l’alcool. En tant qu’individus d’abord : pour certains, l’idée de la tournée minérale fait l’objet d’un rejet immédiat. Pourtant il ne s’agit pas d’arrêter l’alcool pour toujours, juste de s’en passer pendant quatre petites semaines. Si cela paraît être la mer à boire, il est intéressant de se demander pourquoi…

A l’échelle de la société aussi, la Tournée minérale peut dévoiler des comportements inattendus. Beaucoup seront étonnés de se rendre compte à quel point un groupe de personnes qui consomment de l’alcool peut avoir du mal à coexister avec une personne qui se contente de soft drinks ou d’eau minérale. Des moqueries aux pressions, en passant par un rejet pur et simple (ou la conclusion, si la personne qui ne boit pas est une femme, qu’elle est forcément enceinte…) : de nombreux comportements sont possibles, pas tous amicaux. Là encore, on peut s’interroger sur les raisons pour lesquelles un choix après tout banal (quelle boisson vais-je consommer ce soir ?) peut être vu comme presque une agression chez certains.

Attention, pas de jugement dans ces interrogations – pas de réponse facile type « tous des alcooliques » non plus. Simplement l’idée de remettre en question la place de l’alcool dans nos soirées, et dans nos esprits.

Billet publié par Marion Garteiser, journaliste santé le 25/01/2017 - 12h12
Ce billet fait partie du blog : Le blog de la Rédaction
Notez cet article
PUB
A lire aussi
Toute la vérité sur l'alcool Mis à jour le 15/02/2010 - 00h00

L'alcool est l'objet de nombreuses croyances et fausses idées, chacun adoptant bien souvent celles qui l'arrangent... Voici des réponses claires à 5 questions, et notamment, quelle est la bonne dose d'alcool bénéfique à la santé ?

Combien coûte un cancer? Publié le 11/10/2011 - 16h15

Si, grâce à la sécurité sociale, nous ne payons qu'une minuscule part de nos soins de santé, le coût reste problématique pour une partie de la population. Surtout dans le cas du cancer , maladie lourde dont le traitement est souvent long.

Sortir de l'alcool Mis à jour le 22/11/2005 - 00h00

L'Organisation mondiale de la Santé a déclaré que l'alcoolisme est une maladie. C'est la troisième cause de mortalité après les maladies cardiovasculaires et les cancers… Le premier pas vers la guérison consiste à reconnaître avoir un problème avec l...

Tenir l'alcool: un facteur de risque pour l'alcoolisme Mis à jour le 23/11/2010 - 01h00

Euphorie, joues rouges et envie de dormir dès le premier verre? Réjouissez-vous: les personnes très sensibles à l' alcool seraient mieux protégées contre l' alcoolisme . Un phénomène lié à la présence d'une variante du gène CYP2E1.

Plus d'articles