Tics et tremblements

PUB

Les tics sont des gestes brefs, automatiques et répétitifs, sans but fonctionnel. Ils apparaissent souvent au cours de l'enfance et sont héréditaires dans 30 % à 50 % des cas. Ils peuvent consister à cligner des yeux, à tourner la tête, à lever les épaules, etc. Quant aux tremblements, il s'agit d'une agitation musculaire anormale du corps ou d'une partie du corps, par petites oscillations rapides, continues et involontaires. Ils se développent davantage chez les adultes de plus de 40 ans et ils peuvent affecter autant les mains et les doigts que la tête et le tronc.

Il existe plusieurs types de tics et de tremblements. Tics Tics normaux ou iatrogéniques (provoqués par la prise d'un médicaments)

  • ils sont temporaires et reliés à une période de la vie ;
  • ils touchent environ 10 % des enfants au cours de leur développement. Ces tics peuvent augmenter à la puberté, mais, en général, ils diminuent progressivement jusqu'à l'âge adulte ;
  • ils peuvent se manifester chez certains adultes à la suite d'une forte charge émotive ou de situations de stress, de la prise de stimulants ou de médicaments.
Tics pathologiques
  • tics provoqués par une maladie (p. ex. : syndrome de Gilles de la Tourette) ;
  • caractérisé par le nombre et la gravité des tics ;
  • débute dans l'enfance et touche principalement les garçons ;
  • peut se manifester par des mouvements complexes comme sauter, pousser sans cesse les bras vers l'avant ou toucher de façon répétée. La personne atteinte pourra aussi émettre des sifflements, dire des mots orduriers et faire des gestes obscènes ;
  • tendance obsessionnelle à répéter un geste ou des mots entendus ;
  • souvent accompagné d'un trouble de l'attention avec hyperactivité.
Tremblements Tremblement normal ou iatrogénique (provoqué par la prise d'un médicament)
  • léger et intermittent.
Tremblement pathologique
  • provoqué par une maladie.
Tremblement familial ou essentiel
  • se manifeste à l'âge adulte, vers la trentaine ou la quarantaine ;
  • caractérisé par un mouvement léger et assez rapide des mains, qui peut prédominer d'un côté du corps (tremblements d'une seule main, d'un seul bras). Les tremblements se manifestent parfois des deux côtés du corps ;
  • bien que bénin, il peut devenir un handicap pour porter un verre à la bouche ou écrire ;
  • augmente avec l'âge et, éventuellement, se retrouve au niveau du cou et de la tête, et affecte la voix.
Maladie de Parkinson
  • survient entre 50 et 60 ans et atteint 1 % de la population après 55 ans ;
  • plus ample et plus lent que le tremblement familial ;
  • n'affecte souvent qu'un seul côté du corps et ne se produit que lorsque le muscle est relâché, c'est-à-dire au repos ;
  • se caractérise au début par un tremblement incontrôlable en "émiettement" (comme si on émiettait du pain) ou en "décompte de monnaie" (comme si on roulait des boulettes) ;
  • en cas de raideur et de perte de dextérité pour les mouvements rapides ou de ralentissement de l'exécution des mouvements, on parlera de maladie de Parkinson idiopathique ;
  • dans les cas très graves, il peut même y avoir des troubles de l'élocution.

Tics Tics normaux ou iatrogéniques

  • stress et anxiété, surcharge émotive et fatigue. Les tics réapparaîtront chez certains sujets à l'âge adulte, dans des situations de stress ou de déprime ;
  • excès de stimulants ou de médicaments. Les excitants, tels que le café, le thé ou le tabac peuvent déclencher une hyperactivité de certains neurotransmetteurs (l'adrénaline et la dopamine) et provoquer des tics chez les gens qui y sont plus prédisposés. Il peut se produire la même chose lorsqu'on consomme trop certains médicaments : les dérivés d'amphétamines que l'on trouve notamment dans certains décongestifs et bronchodilatateurs (pour l'asthme). Le Ritalin, médicament utilisé dans le traitement des troubles d'hyperactivité, peut donner des tics temporaires chez les enfants.
Tics pathologiques
  • certaines affections endocriniennes. L'hyperthyroïdie et le phéochromocytome sont quelques-unes des maladies qui augmentent la libération de dopamine et d'adrénaline, entraînant parfois des tics ;
  • certaines maladies rares du système nerveux central, comme la chorée du Huntington et la schizophrénie.
Syndrome de Gilles de la Tourette
  • maladie neurologique de cause encore inconnue ;
  • problèmes socio-affectifs pouvant amplifier les tics ;
  • à la puberté, ces tics sont souvent déclenchés par la production d'hormones, particulièrement chez le garçon.
Tremblements Tremblement normal ou iatrogénique
  • réaction physiologique au stress et à la fatigue extrême, à certains stimulants, tels que le café, le thé,le tabac ou les drogues (comme la cocaïne et l'ectasy) ;
  • certains médicaments. On parle surtout ici des bronchodilatateurs et des décongestifs. Certains psychotropes, médicaments agissant sur le psychisme, tels que les antidépresseurs, le lithium et les neuroleptiques, peuvent causer un tremblement semblable au tremblement dit "familial". Certains antihypertenseurs peuvent aussi provoquer des tremblements légers et très rapides. Les médicaments favorisent la libération de dopamine et d'adrénaline, des neurotransmetteurs qui peuvent provoquer des tremblements chez les personnes prédisposées.
Tremblement pathologique
  • certaines maladies. Les troubles endocriniens, comme l'hyperthyroïdie, ou des affections neurologiques, comme la schizophrénie, peuvent s'accompagner de tremblements. Il s'agit ici encore d'une trop grande augmentation de la dopamine et de l'adrénaline.
Tremblement familial ou essentiel
  • Il se retrouve fréquemment dans une même famille. Il n'est associé à aucun autre symptôme neurologique.
Maladie de Parkinson
  • affection neurologique et chronique fréquente (de 1 à 2 % de la population). La dégénérescence des cellules nerveuses entraîne une insuffisance de sécrétion de dopamine, hormone du cerveau responsable de la régulation des mouvements.

Tics

  • Éviter les stimulants : ne consommez le café et le thé qu'en quantité raisonnable ou abstenez-vous.
  • Éviter le sucre raffiné : il semble aggraver les tics, surtout chez les enfants. Il faut le bannir de la collation.
  • Éviter les décongestifs nasaux : les médicaments contre la congestion nasale et le rhume sont des stimulants.
  • Pratiquer la relaxation : c'est ce que vous recommandera votre médecin avant de prescrire tout médicament. Toute technique de relaxation - yoga et autres méthodes anti-stress - peut aider à maîtriser les tics.
  • Adopter un programme d'exercices : nagez, courez, marchez ou entraînez-vous régulièrement. Le fait d'adopter un programme d'exercices physiques d'au moins 20 minutes par séance, à raison de trois fois par semaine, diminuera la fréquence des tics.

Tremblements
  • Attention à l'alcool : même si l'alcool peut faire diminuer le tremblement essentiel, cet effet n'est que temporaire et il est suivi d'une augmentation des tremblements.
  • Détendre ses muscles : si vous êtes tendu, le fait de se détendre peut atténuer les tremblements. La technique du biofeedback, couplée à d'autres méthodes de relaxation, vous apprendra à relâcher vos muscles. Demandez à votre médecin de vous recommander quelqu'un qui peut vous l'enseigner.
  • Dormir suffisamment : cela reposera vos muscles. La plupart des gens ont besoin d'au moins sept à huit heures de sommeil par nuit à des heures régulières.
  • Faire une liste de ses médicaments : les médicaments en vente libre contre le rhume ou la grippe qui contiennent des décongestifs, comme la pseudoéphédrine, ainsi que les médicaments d'ordonnance contre l'asthme peuvent causer des tremblements. Demandez à votre médecin ou pharmacien si ceux que vous prenez risquent de faire augmenter les tremblements.
  • Essayer des couverts spéciaux : l'utilisation de couverts lourds (couteaux, fourchettes et cuillères) peut vous faciliter la tâche au moment des repas, car leur poids aide à maîtriser les tremblements. Il existe également des assiettes dont le rebord plus élevé sur l'un des côtés, empêche la nourriture de glisser et de se renverser si on tremble. Vous pouvez les commander auprès de tout fournisseur de matériel médical ou chirurgical. Un autre truc : prenez l'habitude de ne remplir vos verres et vos tasses qu'à moitié. Vous risquerez moins d'en renverser le contenu si vous vous mettez à trembler.
  • Fatiguer ses muscles : avant d'exécuter un travail, asseyez-vous sur une chaise ou un fauteuil en laissant pendre les mains le long du corps. Saisissez alors le siège de la chaise ou les accoudoirs du fauteuil avec les paumes des mains dirigées vers le bas. Puis, les épaules bien droites, poussez doucement les mains contre la chaise ou le fauteuil pendant une à deux minutes. Cet exercice permettra de fatiguer vos muscles et vous procurera un court arrêt des tremblements.

  • Vous avez des tics depuis plus de six mois.
  • La gravité et le nombre de tics ont un retentissement sur votre mode de vie et votre vie professionnelle.
  • Vous avez des tremblements.
  • Vous avez plus de 50 ans et l'une de vos mains tremble, même lorsque votre bras est au repos.
  • Vous souffrez de la maladie de Parkinson.

Dans les cas de tics comme dans les cas de tremblements, le diagnostic est simple et basé sur les antécédents personnels et familiaux du malade. L'examen minimal comprend des analyses de sang, afin de vérifier certains paramètres biologiques, notamment la fonction thyroïdienne, et exclure certaines maladies héréditaires. Il est très rare de devoir procéder à un examen radiologique du cerveau, c'est-à-dire une tomographie axiale assistée par ordinateur. Par contre, si les tics et les tremblements sont associés à des symptômes neurologiques qui peuvent laisser croire à la présence d'un trouble neurologique, on aura recours à des examens plus approfondis.

Tics
Tics normaux ou iatrogéniques (provoqués par la prise d'un médicament)

  • Les tics bénins de l'enfant ainsi que ceux associés à une période de nervosité et de fatigue ne nécessitent aucun traitement. Dans la plupart des cas, il y a régression ou contrôle des tics à l'âge adulte. Au besoin, le médecin pourra prescrire des benzodiazépines, comme le Valium ou le Rivotril.
  • Les tics provoqués par les excès de stimulants ou de médicaments disparaissent si on en réduit la consommation ou si le médecin change l'ordonnance. Les tics causés par la prise de Ritalin chez l'enfant disparaissent dès qu'on diminue la dose du médicament.
Tics pathologiques. Le traitement ou la maîtrise des maladies qui peuvent provoquer des tics suffisent habituellement à règler le problème. Syndrome de Gilles de la Tourette. Le traitement comprend des techniques de relaxation et des médicaments de la famille des neuroleptiques, surtout ceux de la nouvelle génération, comme la rispéridone, qui ont moins d'effets indésirables. Tremblements Tremblement normal ou iatrogénique (provoqué par un médicament). Si ce sont des médicaments qui les causent, les tremblements disparaissent dès qu'on arrête de les prendre. Tremblement pathologique. Lorsqu'une maladie en est responsable, le traitement de la maladie aide souvent à régler le problème. Tremblement familial. Deux types de médicaments sont habituellement prescrits, mais ils n'empêchent pas la maladie de progresser et ils ont des effets indésirables. Le propanolol (Indéral), qui peut causer des étourdissements lors du passage de la position couchée à la position debout, mais qui maîtrise relativement bien les tremblements, et la primidone (Mysoline), un sédatif qui peut affaiblir en début de traitement. Maladie de Parkinson
  • Le traitement consiste à remplacer la dopamine qui est déficiente en donnant un précurseur de l'hormone, soit la lévodopa. On a alors recours à des médicaments comme le Sinemet ou le Prolopa. Le médecin peut également prescrire un médicament qui va remplacer l'action de la dopamine sur les récepteurs de celle-ci (qu'on appelle des agonistes dopaminergiques), comme le Parlodel, le Permax, le Requip ou le Mirapex.
  • Ces médicaments peuvent avoir des effets indésirables, tels que des étourdissements au réveil, des nausées et des vomissements. Pris à forte dose, ils peuvent surexciter et entraîner des hallucinations et même des états de paranoïa.
  • Pour les tremblements parkinsoniens unilatéraux (qui se produisent d'un seul côté du corps), il existe un traitement chirurgical qui consiste à détruire ou à stimuler, à l'aide d'une électrode, la région du cerveau responsable des tremblements.
Initialement publié le 31/05/2001 - 02h00 et mis à jour par <a href="/taxonomy/term/19414" hreflang="fr">Dr Emmanuelle Pourcher, Neurologue, Centre Hospitalier Robert-Giffard Beauport</a> le 01/08/2005 - 02h00 Guide familial des symptômes sous la direction du Dr André H. Dandavino - Copyright Rogers Media, 2005
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUB
A lire aussi
Le tremblement essentiel trompe énormément Publié le 30/05/2017 - 09h41

C'est l'affection neurologique la plus fréquente, il touche une personne sur 200 environ. Et pourtant, il est très mal connu et les personnes touchées souffrent du regard des autres, souvent incompréhensif. Apprenez à connaître le tremblement essenti...

Quand les tics gâchent la vie Mis à jour le 28/06/2005 - 00h00

Nous avons tous croisé un jour une personne souffrant de tics, parfois amusants, parfois effrayants. C'est le lot des sujets atteints du syndrome de Gilles de la Tourette. Même si leur handicap n'est pas de nature à les empêcher de mener une existenc...

Maladie de Parkinson : le tabac, protecteur ou non ? Publié le 28/11/2014 - 11h57

Les méfaits du tabac pour la santé ne sont plus à démontrer. Pourtant, dans un domaine bien spécifique qui est celui de la maladie de Parkinson, il semble avoir un effet protecteur. Mais attention, le message ne doit pas être "fumez, c'est bon pour l...

Plus d'articles