Ténia

PUB

Si le Ténia a pratiquement disparu en Europe occidentale, il demeure un problème médical fréquent dans certains pays en voie de développement où les contrôles vétérinaires des viandes ne sont pas ou peu pratiqués. Le Ténia s'attrape en mangeant des viandes de porc ou de boeuf insuffisamment cuites.

Le Ténia appartient à l'embranchement des Platelminthes, classe des Cestodes, famille des Taeniidae. Les deux types les plus fréquents sont :

  • Ténia saginata, transmis par l'ingestion de viande de boeuf : forme que l'on voit encore en France (ver solitaire). Elle est surtout répandue dans les pays où l'on consomme de la viande mal cuite (Moyen-Orient, Afrique, Amérique centrale et Amérique du Sud).
  • Ténia solium, transmis par l'ingestion de viande de porc : forme ayant disparu des pays industrialisés. Elle se voit essentiellement au Mexique, en Asie du Sud-Est, en Afrique et en Amérique du Sud.
Le Ténia se présente sous la forme d'un ver plat dont la longueur varie de quelques millimètres à plusieurs mètres (jusqu'à 10 m de long !). Si un animal avale des oeufs (par l'intermédiaire d'eau ou d'herbes contaminées par exemple), l'un de ces oeufs peut donner une larve, munie de crochets, qui perfore l'intestin de l'animal, passe dans le sang et se fixe à un muscle. La larve se transforme en "cysticerque", petit sac de quelques millimètres, où bourgeonne la tête du Ténia (ou Scolex). En cas d'ingestion de viande contaminée par l'homme, la tête du Ténia se fixe dans son intestin et s'y développe en produisant des anneaux.

  • Respecter une bonne hygiène personnelle.
  • Cuire suffisamment la viande.

  • Troubles digestifs : nausées, diarrhée, douleurs abdominales.
  • Fatigue.
  • Perte de poids.
  • Sensation de faim.
  • Douleurs musculaires.
  • Maux de tête, nausées, vomissements, troubles de la vision, crises convulsives, ataxie (trouble de la coordination des mouvements), vertiges, confusion : tous ces troubles traduisent une atteinte du système nerveux central liée à la présence de cysticerques au niveau du cerveau.
  • Aucun symptôme, notamment avec Ténia saginata, ou seulement un prurit anal.

Le diagnostic peut être fait devant la découverte d'anneaux dans les sous-vêtements. La numération formule sanguine révèle une hyperéosinophilie (augmentation des éosinophiles, une variété de globules blancs). La radio peut parfois montrer des kystes calcifiés. En cas de signes neurologiques, un scanner (tomodensitométrie) peut être réalisé et mettre en évidence des kystes du cerveau.

Deux médicaments sont utilisés : la niclosamide (Trédémine®) et le praziquantel (Biltricide®). En cas d'atteinte neurologique, l'albendazole peut être indiqué. Devant des signes cérébraux, une intervention spécifique est parfois nécessaire (intervention sur les ventricules cérébraux, dérivation ventriculo-péritonéale). En présence de convulsions, on a recours à l'administration d'un anticonvulsivant, après traitement spécifique du ver. La prévention repose avant tout sur les contrôles vétérinaires effectués dans les abattoirs et sur la bonne cuisson des viandes consommées.

Initialement publié le 08/07/2003 - 02h00 et mis à jour par <a href="/taxonomy/term/19071" hreflang="fr">Dr Sylvie Coulomb</a> le 27/11/2008 - 01h00 " Médecine tropicale ", M. Gentilini, 5e édition, Flammarion. Le Guide d'information et de conseils pratiques de la société de médecine des voyages : " Médecine des voyages ", 4e édition, Ed. Format utile, 30 rue de la Varenne, 94100 Saint-Maur.
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUB
A lire aussi
Avoir des vers ou pas : une question d'hygiène ? Publié le 24/02/2017 - 15h14

Les vers intestinaux sont des parasites qui s’installent et vivent dans notre système digestif au dépend de notre organisme. Quels sont les vers intestinaux les plus fréquents ? Comment est-on contaminé(e) ? Pourquoi l'hygiène est un point primordial...

Plus d'articles