Tatouages : brûlants souvenirs de vacances

Publié par Isabelle Eustache, adapté par C. De Kock, journaliste santé le 08/02/2005 - 00h00
-A +A

L'engouement pour les tatouages temporaires se développe, avec pour conséquence un nombre croissant de réactions allergiques. Le henné n'est pas en cause, ce sont les substances adjuvantes qui sont responsables de ces manifestations.

PUB

Indolores et ne persistant que quelques jours sur la peau, ces tatouages temporaires au henné semblent sans danger. Le henné traditionnel (hydroxynaphtoquinone) est utilisé pour colorer les cheveux ou décolorer la peau. Il est obtenu à partir de feuilles séchées de Lawsonia inermis et peut être associé à d'autres végétaux afin d'en modifier la teinte : le reng, la poudre de café ou de charbon pulvérisé. Il est rarement à l'origine de réactions allergiques cutanées. Toutefois, les hennés utilisés pour réaliser des tatouages en périodes estivales sur les marchés ou dans les clubs de vacances, sont parfois mélangés à des substances visant à intensifier la coloration noire. Ces adjuvants sont le plus souvent du PPD (paraphénylène diamine) ou directement des teintures capillaires du commerce contenant des amines aromatiques. Or, ce sont justement ces substances qui peuvent entraîner des manifestations cutanées.

Celles-ci sont de deux types :

  • eczéma de contact classique, observé 48 à 96 heures après l'application, et apparaissant chez des patients déjà sensibilisés à des teintures capillaires contenant du PPD ou un à un premier tatouage ;
  • brûlures liées à la causticité des constituants. La sensation est ressentie dès les premières minutes d'application. Une à plusieurs semaines plus tard, apparaissent un Œdème et un érythème (peau gonflée, rouge et démangeaisons) localisés au niveau du tatouage. Si cette manifestation finit par disparaître, une cicatrise peut persister plusieurs mois.

Selon l'intensité de la réaction cutanée, on recourt à un traitement par dermocorticoïdes.Ensuite, à distance de l'épisode aigu, des tests cutanés peuvent permettre d'identifier les substances responsables. En cas de positivité, l'utilisation du produit incriminé devra être définitivement proscrite.

En conclusion, ces tatouages au henné ne sont pas toujours aussi anodins qu'on voudrait bien le croire. Le cas échéant, consultez rapidement un dermatologue.

Abonnez-vous gratuitement à la newsletter e-santé !

Publié par Isabelle Eustache, adapté par C. De Kock, journaliste santé le 08/02/2005 - 00h00 FMC, Le Quotidien du médecin, 26 janvier 2005.
Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUB
A lire aussi
Les bons gestes pour protéger son tatouage en été Publié le 20/07/2017 - 15h39

Qu’il soit récent ou non, votre tatouage a besoin d’être protégé. Le Dr Nicolas Kluger, dermatologue à Helsinki et spécialiste des questions médicales sur le tatouage et le piercing, fait le point sur les bons gestes à adopter pour protéger son tatou...

Quels sont les vrais risques des piercings et des tatouages ? Publié le 27/03/2014 - 16h19

La pratique du piercing et du tatouage est aujourd'hui complètement banalisée, en tout cas dans les tranches d'âge les plus jeunes. Comme la pratique est plus fréquente, les risques sont eux aussi mieux connus… La liste qui suit, non exhaustive, peut...

Tatouages au henné: risque d'allergie à vie ! Publié le 31/07/2017 - 15h47

Prudence si vous envisagez un tatouage au henné . Usage ancestral, teinture naturelle, rien n'est moins sûr! Un produit d'usage très courant dans l'industrie est souvent ajouté au henné . Celui-ci est susceptible de provoquer des allergies à vie.

Plus d'articles