Le tabac augmente le risque de fracture du col fémoral chez la femme

Publié par Dr Marc Sertyn le 26/11/2001 - 00h00
-A +A

Une fois ménopausée, les femmes voient leur masse osseuse diminuer plus ou moins rapidement. Pour celles dont cette masse osseuse diminue le plus, il existe un important risque de fractures, soit du poignet ou du col du fémur, soit d'une ou plusieurs vertèbres. Le tabac est souvent cité comme étant un facteur aggravant le risque de fracture du col du fémur chez la femme, mais peu d'études le démontrent clairement.

PUB

Une récente étude épidémiologique menée sur une importante population de femmes suédoises âgées de 50 à 81 ans, dont 1 328 étaient ménopausées, apporte une réponse parfaitement claire. Toutes avaient eu une fracture de hanche après un traumatisme minime. Cette population féminine a été, pour les besoins de l'étude, partagée en deux : une population contrôle était constituée de 3 312 femmes n'ayant jamais fumé ; les autres avaient ou avaient eu une consommation tabagique régulière.

Plus la durée de vie sans tabac est grande, moindre est le risque de fracture de hanche

Les fumeuses habituelles avaient une très nette augmentation du risque de fracture de hanche. La durée de la période tabagique, particulièrement la période tabagique après la ménopause, était la plus à risque. Les femmes ayant renoncé depuis longtemps à fumer avaient un risque plus modéré, ce risque diminuant avec la durée d'arrêt du tabagisme.En revanche, l'alcool n'apparaît pas dans cette étude comme un facteur de risque de fracture de la hanche.

Publié par Dr Marc Sertyn le 26/11/2001 - 00h00 Baron JA et coll., Arch. Intern. Med., 2001 ; 161 : 983-8. CFES, Comité Français d'Education pour la Santé, Tabac Actualités, N°19, octobre 2001
Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUB
A lire aussi
Ménopause, rien de tel que la marche Publié le 25/11/2015 - 15h47

A l'âge de la ménopause, la marche constitue une activité physique aisée au vertu multiples. Car, 4 heures de marche par semaine suffisent à réduire de 41% le risque de fracture de la hanche et à perdre du poids.

Ranélate de strontium : un puissant anti-ostéoporose Mis à jour le 15/05/2007 - 00h00

Le ranélate de strontium est un médicament récent dont les effets préventifs vis-à-vis de l' ostéoporose sont très puissants. Il diminue de 45% le risque de première fracture vertébrale et de 32% le risque de fracture périphérique (poignet, fémur). I...

Ostéoporose : j'ai rétréci ! Mis à jour le 14/03/2006 - 00h00

Au fil du vieillissement, les femmes (surtout) sont confrontées au risque d'ostéoporose. La fragilité osseuse qui s'installe est source de fracture et de tassement vertébral aux conséquences parfois dramatiques. La mesure de la densité osseuse ou ost...

Carence en vitamine D: attention les hanches Mis à jour le 25/12/2007 - 00h00

Selon une étude suisse, 60% des victimes d'une fracture de la hanche souffrent d'une carence sévère en vitamine D. Les personnes en maison de retraite ou de soins sont particulièrement touchées. A méditer pour le bien-être de nos aînés, quand on sait...

Plus d'articles