Stress, FIV et grossesse : un ménage à trois

Mise à jour par Marion Garteiser, journaliste santé le 28/02/2014 - 09h43
-A +A

Le stress est important pendant les procédures de procréation médicalement assistée, et les FIV ne font pas exception.

Quel est l'impact du stress sur le succès des FIV ?
La science a évolué.

PUB

FIV : quelles chances de succès ?

La fécondation in vitro (FIV) est une méthode de procréation médicalement assistée.
Cette technique complexe est indiquée notamment quand la stérilité est due chez la femme à une absence de trompes de Fallope ou à des trompes bouchées, ce qui ne permet pas la rencontre des spermatozoïdes et de l'ovule.

La FIV se déroule en quatre phases :

  • la stimulation de l'ovulation,
  • le recueil des ovules chez la femme et des spermatozoïdes chez l'homme,
  • leur réunion en vue de la fécondation
  • et, enfin, l'implantation d'un ou plusieurs embryons dans l'utérus de la mère.

Le taux de réussite est de 25% environ.

Le premier "bébé-éprouvette" est né en 1978 en Grande-Bretagne ; en Belgique, le premier est né en 1983.

 

Quel est l'impact du stress sur le succès de la FIV ?

Les niveaux de stress et d'anxiété étant souvent très élevés dans les couples qui suivent une procédure de FIV, de nombreuses études se sont penchées sur l'impact de ces facteurs sur la possibilité de concevoir.

En 2005, une étude montrait qu'il n'y avait pas de différence d'état émotionnel entre celles qui sont devenues mères et celles chez qui la FIV a échoué. La seule variable liée au bon déroulement de la grossesse était la qualité des embryons implantés.

Mais depuis, la recherche a encore évolué. On sait, d'abord, que le stress de la mère n'est pas seule en cause ; il faut examiner le stress du couple, pas de deux partenaires séparément. Et il semble que ce stress influence fortement la durée de la procédure : il diminue les chances de tomber enceinte.

Il convient donc de prendre en charge tout stress problématique dès qu'une procédure de PMA est en cours.

Initialement publié par C. De Kock, journaliste santé le 20/09/2005 - 00h00 et mis à jour par Marion Garteiser, journaliste santé le 28/02/2014 - 09h43

Anderheim, L. Human Reproduction, Aug. 25, 2005. J Assist Reprod Genet.2013 Nov;30(11):1451-8. doi: 10.1007/s10815-013-0098-7. Epub 2013 Sep 17. PLoS One. 2013 May 23;8(5):e63743. doi: 10.1371/journal.pone.0063743. Print 2013.

Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUB
A lire aussi
Peu importe la méthode de procréation Mis à jour le 26/04/2005 - 00h00

Les bébés concus par procréation médicalement assistée ont un développement intellectuel et physique tout aussi sain que les enfants concus naturellement, telle est la conclusion d'une nouvelle étude européenne.

Fécondation in vitro : un embryon suffit ! Mis à jour le 11/01/2005 - 00h00

Les risques de la fécondation in vitro proviennent principalement de l'incidence élevée des naissances multiples. C'est pourquoi le nombre d'embryons transférés est généralement limité à deux. Et si on envisageait le transfert d'un seul embryon afin...

Plus d'articles