Stratégie minceur pour 2009 (Chapitre 1)

Publié par Paule Neyrat, Diététicienne le 17/12/2008 - 00h00
-A +A

PUB

Faim, plaisir et satiété

Lorsqu'on a faim et qu'on se met à table, ce qu'on mange procure immédiatement du plaisir. Ces sensations sont enregistrées par des capteurs qui se trouvent dans la bouche et l'estomac. Ceux-ci envoient des informations au cerveau qui les enregistre et les stocke. Il comptabilise ainsi les quantités de calories et de nutriments (protéines, lipides, glucides) avalés.
Lorsqu'il estime que le quota dont on a besoin va être atteint, le cerveau envoie alors des signaux de satiété et on s'arrête spontanément de manger. Le plaisir diminue au fur et à mesure que la satiété s'installe : ce qui paraissait très bon au début, quand on avait faim, le devient de moins en moins et on n'a plus envie de manger. Alors, on s'arrête parce qu'on a sa bonne dose d'éléments nutritionnels et de calories qui fait qu'on se sent repu.
Ce plaisir gustatif n'est pas lié à la qualité de ce qu'on mange, au fait que le plat ou le dessert soit bon ou pas. Quand on a faim, tout semble bon, même si le mets est de médiocre qualité ! Il n'en va pas de même lorsque celle-ci est apaisée : le meilleur des gâteaux, celui que l'on préfère, ne semblera pas bon quand il arrive en fin de repas alors qu'on est rassasié. Si on ne l'est pas encore, il apportera du plaisir. Si on ne l'est pas complètement, les premières bouchées seront agréables puis on n'aura pas envie du reste.
Si on continue de manger en se forcant et sans éprouver de plaisir, on dépasse alors les quantités dont le corps a besoin. Et on grossit.

Quand on mange vite, on grossit

Quand on a l'habitude de manger vite, on n'a pas le temps de faire attention à ses sensations et ainsi on ne laisse pas le temps à son cerveau de procéder aux enregistrements et d'installer peu à peu la satiété.
Conséquence: Soit on mange plus jusqu'à ce qu'on la ressente enfin, soit on sort de table sans se sentir rassasié : du coup, l'envie de manger revient un peu plus tard et on grignote quelque chose.
Quand on mange devant la télévision ou son ordinateur, ou dans la rue, le résultat est le même, faute d'attention.
Quand on mange sans faire attention à ce que l'on mange, on mange forcément au-dessus de ses besoins et on grossit.

Publié par Paule Neyrat, Diététicienne le 17/12/2008 - 00h00
Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
toutok

Une stratégie pour 2009 ! Lol ! comment peut-on encore faire lire de telles inepties sans les corriger ?

PUB