Strapping

Mise à jour le 11/04/2014 - 10h17
-A +A

Les strappings sont un principe de contention en général réservé aux entorses. Ils permettent d'une part d'effectuer une compression sur l'articulation traumatisée pour diminuer l'oedème, et d'autre part de soulager le ligament qui a été étiré par l'entorse.

PUB

Généralités

Les strappings peuvent être faits au niveau de nombreuses articulations : doigts, poignet, coude, etc.

Ils sont faits à l'aide de :

  • bandes adhésives (on peut mettre une fine bande de mousse pour éviter le collage directement sur la peau).
  • ou de bandes cohésives (et donc non collantes). C'est utile chez les personnes présentant une allergie aux bandes élastiques.

Du fait de leur caractère « léger », ils permettent une utilisation précoce de l'articulation (par exemple appui du pied et marche pour la cheville), ce qui autorise une rééducation précoce de l'articulation. Ils doivent être renouvelés fréquemment.

Attention, un strapping, même sur une lésion apparemment peu grave, ne permet pas de faire l'impasse d'un avis médical. En effet, d'une part la lésion pourra parfois être plus grave qu'elle n'en a l'air (petite fracture passée inaperçue) et d'autre part si un strapping est effectivement la solution de traitement retenue, celui-ci devra être efficace, surveillé et renouvelé.

Il est également recommandé l'arrêt de l'activité en cours, le glaçage de l'articulation et la surélévation du membre afin d'éviter l'œdème.

Petit conseil utile : il vaut mieux raser le membre avant de faire un strapping pour éviter un arrachage douloureux des poils lors de sa réfection.

Autre conseil : Il faut être attentif à ne pas faire garrot lorsque l'on pose un strapping circulaire (le retirer ou le couper en cas d'importantes douleurs ou de fourmillements importants ou de froideur ou d'insensibilité de l'extrémité).

Apprendre à faire un strapping n'est pas difficile, sous réserve de le voir faire et d'essayer ensuite de le faire soi-même. Alors n'hésitez à demander ce petit enseignement à votre kiné, votre orthopédiste, votre médecin du sport ou votre médecin traitant s'il a l'habitude des urgences.

Enfin, il faut signaler que dans le sport, les strappings sont souvent utilisés préventivement pour les matchs ou les entraînements.

Le strapping de cheville

L'entorse du ligament externe de la cheville est un des accidents sportifs les plus fréquents, et représente 90% des entorses de cheville. Pour les entorses simples, l'immobilisation plâtrée est de moins en moins utilisée car elle peut être source de raideurs articulaires, de fonte musculaire et de douleurs résiduelles et de phlébites. De plus, pour les sportifs, l'immobilisation n'autorise pas une reprise rapide de l'activité. La contention par strapping de cheville est tout à fait adaptée, sous réserve que le strapping soit bien fait et renouvelé.

En pratique le strapping de cheville doit avoir un effet compressif et en même temps soulager le ligament atteint. Deux embases circulaires par bande élastique adhésive seront faites l'une sur le mollet, l'autre autour du pied. Les bandes inextensibles seront ancrées sur ces embases. Elles seront placées en cavalier allant de la face externe du mollet à la face interne en passant sous le talon et la plante du pied. Une bande sera verticale, les autres (deux ou trois bandes) seront obliques vers l'avant. De nouvelles embases pourront solidariser le tout.

Pour savoir si un strapping est efficace, il faut vérifier s'il limite assez le mouvement en cause dans l'entorse. Il doit également permettre la marche.

Un bon strapping de cheville ne dure que quelques dizaines de minutes si la sollicitation de la cheville est maximale (ex : match de basket), et 4 à 5 jours en cas de repos bien respecté. Il sera renouvelé pendant deux à trois semaines en fonction des recommandations du médecin.

Initialement publié le 26/04/2002 - 02h00 et mis à jour le 11/04/2014 - 10h17
Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUB
A lire aussi
Ski, la grande casse du genou ! Publié le 06/01/2014 - 21h10

Autrefois, en partant aux sports d'hiver, on courait le risque de se casser une jambe. Aujourd'hui, les fractures sont devenues plus rares... mais ce sont les genoux qui trinquent !

Foot : hors jeu par blessure Mis à jour le 13/06/2006 - 00h00

En pleine Coupe du monde 2006 en Allemagne, rappelons les risques de blessures encourus par les joueurs d'équipe nationale. Quels sont les traumatismes les plus fréquents chez les footballeurs ? Quels sont leur cause et leur traitement ? Mais aussi,...

Ski : la prévention Mis à jour le 24/02/2004 - 00h00

L'attrait des pistes enneigées ne doit pas faire oublier les risques de fractures et d'entorses. Quelles sont les lésions les plus fréquentes et comment les répare-t-on ? Suivez-le guide…

Plus d'articles