Le sport, le sexe et la douleur

Publié par Gilles Goetghebuer, journaliste santé le 06/07/2004 - 00h00
-A +A

Depuis longtemps, on sait que l'activité physique exerce un puissant effet analgésique. Mais on ignorait que cela se passait différemment chez les hommes et chez les femmes!

PUB

Tous les sportifs ont déjà fait cette expérience des douleurs qui disparaissent à l'effort pour resurgir plus tard dans les vestiaires ou au pot d'après-match. Les Anglo-saxons utilisent l'expression "pain-numbing effect" pour cet engourdissement transitoire du système nerveux sensitif, similaire à l'effet obtenu par la consommation de médicaments. Ce phénomène a fait l'objet d'une multitude d'études qui ont participé à la mise en évidence du rôle des fameuses endorphines.

En résumé, le corps est capable de secréter naturellement des substances comparables à la morphine, qui endorment les sensations douloureuses. Le sport déclenche cette situation. Seulement, on constate aujourd'hui que le sexe de la personne et le contexte dans lequel elle évolue intervient autant et peut-être même plus que l'effort physique proprement dit. Démonstration.

La main dans l'eau glacée

La démonstration de ces influences nouvelles a été faite par le Dr Sternberg du Haveford College of Pennsylvania. Son étude consistait à comparer l'effet analgésique de trois types d'activité: course à pied sur route, course à pied sur tapis roulant et séance de jeux vidéo. L'appréciation de la douleur se faisait en plongeant un bras dans un bac d'eau glacée. En choisissant 41 athlètes confirmés et 22 sédentaires, l'auteur espérait sans doute mesurer les effets de l'entraînement. Mais les plus grosses différences sont apparues en fonction du sexe. Chez les hommes, c'est clairement la course sur route qui entraînait l'analgésie la plus prononcée. La séance s'était déroulée dans un contexte de compétition et la plupart des participants en arrivaient à oublier complètement leurs petits bobos. Chez les femmes, en revanche, la course sur tapis roulant avait eu plus d'impact. Tout se passe comme si les hommes éprouvaient le besoin de rivalités individuelles pour booster leur production d'analgésiques naturels alors que les femmes préféraient se débarrasser de toute cette tension inutile pour parvenir à un résultat identique en courant toutes seules sur leur tapis roulant.

La console qui porte bien son nom

Mais le plus comique restait à venir avec l'analyse des résultats après une séance de jeux vidéo. Celle-ci se déroulait dans un contexte d'opposition directe où chaque sujet de l'étude jouait contre un autre! Cet exercice n'exercait aucun effet calmant sur les femmes alors que les hommes en sortaient complètement anesthésiés. "Ce fut une vraie surprise! Nous ne nous attendions pas à de telles différences en fonction du sexe". Ainsi, le système nerveux des garcons réagissait au quart de tour dans un contexte d'affrontement, même dépourvu de toute élévation de la dépense physique, alors que celui des femmes restait parfaitement indifférent. Cette expérience rejoint une constatation faite dans de nombreuses familles avec une attirance des garcons nettement plus marquée que celle des filles pour les consoles de jeu. Face à l'écran, ils oublient tout. Elles pas!

Publié par Gilles Goetghebuer, journaliste santé le 06/07/2004 - 00h00 Source: The Journal of Pain 2001; 2: 65-74.
Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUB
A lire aussi
Jeux vidéo : pour les seniors aussi ! Publié le 30/12/2008 - 00h00

Jouer à certains jeux vidéo améliorerait considérablement les capacités mentales des plus de 60 ans. En cause, notamment, la mémoire à court terme, la capacité de raisonnement et l'exécution de plusieurs tâches à la fois.

Parlez-moi d'amour ... Mis à jour le 15/02/2005 - 00h00

La facon dont nous parlons de sexe et des problèmes sexuels a changé du tout au tout ces quinze dernières années. Il est dès lors important de comprendre non seulement la définition que donne le dictionnaire de ces termes, mais aussi le contexte émot...

Sexe et sport font-ils bon ménage ? Publié le 19/03/2015 - 21h31

Les chercheurs se passionnent parfois pour des questions qui semblent futiles... L'impact de l'acte sexuel sur la performance sportive occupe une place de choix. Faire l'amour , est-ce bon pour les performances sportives ?

Plus d'articles