Sommeil du senior : l'âge n'est pas le seul perturbateur !

Publié par Dr Stéphanie Lehmann le 01/07/2003 - 00h00
-A +A

Le temps fragilise bon nombre de nos rythmes biologiques. Ainsi, l'horloge chargée de l'alternance veille/sommeil a tendance à se désynchroniser. Il n'empêche que la qualité de l'environnement du dormeur est autant, sinon plus, en cause dans les troubles du sommeil, que l'âge lui-même. Voici quelques pistes, aussi simples que fondamentales, pour trouver des solutions autres que médicamenteuses.

PUB

Bruit : le silence est d'or...

C'est vrai à tout âge : l'exposition au bruit nocturne provoque des perturbations du sommeil, proportionnelles à sa fréquence et à son intensité. Le bruit peut entraîner plusieurs types de réactions corporelles. Lorsqu'il atteint 5 à 10 dB au-dessus du seuil auditif du sujet éveillé, il est responsable d'une augmentation du rythme cardiaque ou respiratoire, de modifications du tracé de l'activité cérébrale et éventuellement d'un changement de stade du sommeil (d'un stade profond à un stade plus léger). Quand le bruit est plus important et dépasse de 35 dB le seuil auditif de veille, il provoque une réaction motrice et un éveil de durée variable. Parfois le réendormissement est différé et, pour certains, la nuit est " fichue ". La mauvaise qualité du sommeil due au bruit n'est que peu améliorée par la prise de médicaments. En effet, certains remèdes aident à s'endormir (les hypnotiques) mais n'ont pas d'influence sur les réactions cardiovasculaires. De même, l'impression de pouvoir s'habituer au bruit nocturne est fausse, puisque, même si la sensation de ne plus être gêné prédomine, le corps ne change aucune de ses réactions. La fatigue s'accumule, se répercutant immanquablement en troubles de l'humeur, avec le risque de se voir prescrire d'autres médicaments…L'isolation phonique est donc à prendre très au sérieux.

Température : ni trop, ni pas assez

Une ambiance thermique confortable est indispensable. Si toutes les phases du sommeil permettent la thermorégulation, il est prouvé qu'une trop grande amplitude (réchauffement/ refroidissement) provoque systématiquement l'éveil.De même, une exposition du corps pendant la journée à de fortes chaleurs modifie la structure même du sommeil, en augmentant les phases du sommeil lent profond. Quand c'est possible, mieux vaut donc patienter avant de se coucher, pour avoir le temps de se " rafraîchir " et de s'approcher de la zone de confort thermique. À l'inverse, le froid est responsable d'un sommeil de mauvaise qualité, avec augmentation des mouvements du corps et diminution du sommeil paradoxal.

Publié par Dr Stéphanie Lehmann le 01/07/2003 - 00h00

ONEN F. Troubles du sommeil liés à l'environnement chez le sujet âgé. La Revue de Gériatrie 2003 ; 28(2) : 155-160.

Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUB
A lire aussi
Bruit : quel impact sur la santé ? Publié le 22/08/2014 - 12h05

Saviez-vous que le bruit d'un aspirateur peut perturber votre audition ? Sans parler des avions, chantiers et autres motos pétaradantes, nos propres bruits sont susceptibles de nous nuire. Explications sur le bruit et ses répercutions...

Tumeur auditive : et si c'était un neurinome ? Publié le 02/06/2017 - 11h16

Le neurinome du nerf auditif est une tumeur bénigne mais qui tend à évoluer et à atteindre le cerveau. Cette affection peut alors poser un véritable problème. Il semblerait que les personnes exposées à des niveaux sonores élevés soient plus vulnérabl...

Jouets bruyants, attention aux oreilles! Publié le 15/09/2015 - 16h14

Les jouets sonores sont de plus en plus nombreux et, il faut bien l'avouer, très plébiscités par les enfants. Attention toutefois, regardez bien les niveaux sonores indiqués sur les emballages. Certains dépassent l'entendement et risquent d'endommage...

Plus d'articles