Sommeil du senior : l'âge n'est pas le seul perturbateur !

Publié par Dr Stéphanie Lehmann le 01/07/2003 - 00h00
-A +A

PUB

Lumière : en abuser le jour, c'est gagner du sommeil la nuit

La lumière est, nous le savons bien, le " synchroniseur externe " de notre organisme. Elle détermine la sécrétion de beaucoup d'hormones, dont la fameuse mélatonine. Si certains ont pu supposer que l'âge était responsable de la diminution de fabrication de cette hormone, de nouvelles études semblent expliquer qu'elle serait due uniquement au manque d'exposition à la lumière. Il est vrai que les grands vieillards ou les personnes en institution ne sortent plus beaucoup de chez eux.

Rythme : le garder, même s'il n'y a plus de contraintes sociales

Les rythmes biologiques sont également influencés par les habitudes sociales (heures du lever, du coucher, des repas, etc.) et les cellules vieillissantes sont moins réactives aux stimulateurs externes. De plus, la perte des contraintes professionnelles et sociales diminue encore les codes de bonne rythmicité. La conséquence la plus remarquable est l'autonomisation du cycle veille/sommeil, avec ce que l'on appelle une " avance de phase " : on s'endort plus tôt et on se réveille plus tôt que les habitudes sociales ne le permettaient. De même, le cycle circadien passe de 24 à 20h, avec apparition d'endormissements diurnes et de siestes.Garder des habitudes de vie est un soutien fort du rythme veille/sommeil, mais attention, trop de rigueur peut entraîner une vraie entrave aux évolutions naturelles du rythme. Alors pourquoi lutter contre les envies de sieste, par exemple…Le sommeil est un état fragile dont l'équilibre est mis à mal dès le début de la vie. Il est nécessaire de le préserver autant que possible, tant son importance est grande sur le fonctionnement global de l'organisme et donc sur la qualité de vie. Ainsi, quand le sommeilse fait fuyant et que l'âge augmente, il faut se reposer les bonnes questions :

Puis-je faire des travaux d'isolation phonique dans ma chambre à coucher ?Qu'en est-il de sa température ?

      Se coucher dans une chambre glaciale l'hiver parce " qu'on ne peut pas dormir avec du chauffage " est aussi perturbant pour le

sommeil

    qu'une nuit caniculaire en été.

possible, tant son importance est grande sur le fonctionnement global de l'organisme et donc sur la qualité de vie. Ainsi, quand le sommeil se fait fuyant et que l'âge augmente, il faut se reposer les bonnes questions :

Publié par Dr Stéphanie Lehmann le 01/07/2003 - 00h00

ONEN F. Troubles du sommeil liés à l'environnement chez le sujet âgé. La Revue de Gériatrie 2003 ; 28(2) : 155-160.

Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUB