• rating
    • rating
    • rating
    • rating
    • rating
    0 avis
  • Commentaires (0)

Le sommeil et la personne âgée

Le sommeil et la personne âgéeLe plus souvent, en vieillissant, on dort moins bien. Plusieurs facteurs interviennent dans ces modifications. Certains sont dus à la vieillesse, d'autres peuvent être causés par la prise de médicaments par exemple.

L'organisation du sommeil se modifie profondément bien plus que sa durée totale. Cela se résume par de petites périodes de sommeil entrecoupées de périodes de veille. Rappelons ici les principales phases du sommeil physiologique. Une nuit de sommeil normal comprend deux phases (sommeil lent et sommeil paradoxal), d'une durée globale d'environ 110 minutes, qui se répètent en général 4 ou 5 fois au cours de la nuit.

Le sommeil lent

Au cours des deux ou trois premiers quarts d'heure qui suivent l'endormissement, il existe quatre stades de sommeil plus ou moins profonds. Si on enregistre l'activité du cerveau (électroencéphalogramme), on remarque que les ondes qui apparaissent sont plus lentes que durant la journée. Durant cette phase, ce que l'on appelle les signes vitaux, c'est-à-dire la température du corps, la fréquence de la respiration, le pouls, la pression artérielle, s'abaissent.Les spécialistes distinguent quatre stades dans le sommeil lent. L'endormissement (stade 1) correspond à une période très courte, au cours de laquelle peuvent se produire des hallucinations. Il est suivi du stade 2, puis des stades 3 et 4, qui constituent le sommeil lent profond :

  • stade 1 : l'endormissement. Durant cette phase, le dormeur peut subir des hallucinations. Si une stimulation (un bruit, de la lumière) survenait à cet instant, l'éveil serait immédiat.
  • stade 2 : le sommeil devient plus profond. En cas de stimulation, le réveil serait plus difficile.
  • stade 3 : le sommeil s'approfondit et les muscles volontaires sont décontractés. Les rêves sont fréquents.
  • stade 4 : les signes vitaux atteignent leur niveau le plus bas, et la motilité du tube digestif augmente beaucoup. Les muscles volontaires sont décontractés, mais le dormeur normal peut changer de position toutes les 20 minutes environ. Le réveil devient particulièrement difficile, l'énurésie (c'est-à-dire l'émission d'urine) et le somnambulisme apparaissent pendant cette phase.

Le sommeil paradoxal

Après 90 minutes survient le sommeil paradoxal. Brutalement, l'électroencéphalogramme enregistre une modification des ondes qui deviennent très irrégulières. Les ondes enregistrées à ce moment-là ressemblent à celle de l'état de veille, c'est ce qui a donné à ce sommeil le nom de sommeil paradoxal. Le sommeil paradoxal a également été appelé sommeil MOR (mouvements oculaires rapides). En effet, les yeux se déplacent rapidement sous les paupières. Les muscles sont paralysés et les mouvements que nous effectuons dans les rêves remplacent ceux que nous ne pouvons pas faire pendant le sommeil paradoxal. C'est donc pendant cette phase de sommeil paradoxal que les rêves surgissent, et pour certains chercheurs, les mouvements des yeux seraient en relation directe avec le rêve lui-même.

La semaine prochaine nous verrons quelles sont les modifications qui engendrent des troubles du sommeil chez les personnes âgées.

Article publié par le 07/01/2003

Sources : Belgian Association for the Study of Sleep

Trouvez-vous cet article intéressant ?
 

en savoir plus

Index ArchivesIndex alphabétiqueIndex des recettesIndex top recherche
Les services