Solutions naturelles pour que votre enfant dorme

Publié par Hélène Joubert journaliste scientifique le 08/06/2017 - 15h57
-A +A

Dormir est indispensable pour pouvoir recharger ses batteries, d’autant plus chez l’enfant qui est en plein développement physique et psychomoteur. Quelques astuces et solutions à mettre en œuvre pour préparer le terrain en douceur puis pour aider son enfant à s’endormir tranquillement.

PUB

Les solutions avant l’endormissement

Un enfant s’endormira mieux s’il est fatigué : aller jouer dans le jardin, courir dans un parc avec son chien, faire un tour de vélo sont autant d’activités ludiques qui lui permettront de se dépenser physiquement pendant la journée. Par contre, le soir venu, il est important de passer à des activités calmes telles que faire un puzzle, lire un livre ou une bande-dessinée pour commencer à l’apaiser. Les écrans, que ce soit la télévision, les tablettes ou les smartphones, sont à limiter chez l’enfant d’une manière générale, et surtout en soirée : contrairement à ce qu’on pourrait penser, regarder un dessin animé n’est pas une activité qui va apaiser un enfant, mais au contraire l’exciter du fait de la luminosité et de la succession rapide des images.

La chambre est un élément clé : elle doit être bien investie par l’enfant qui doit s’y sentir en confiance. L’emplacement du lit, le choix d’une veilleuse peuvent le sécuriser. La température de la chambre doit se situer aux alentours de 20 degrés pour favoriser l’endormissement.

Le dîner doit avoir lieu au minimum une heure avant l’heure du coucher si possible, et il ne doit pas être trop copieux, se coucher avec l’estomac plein ne favorisant pas l’endormissement.

Le rythme de sommeil de son enfant est un facteur très utile à connaître : de manière générale, un petit fait la sieste jusqu’à 4 ans, il dort 10 heures par nuit jusqu’à 6 ans, 9 heures par nuit jusqu’à 13 ans puis 8 heures par nuit au-delà. Un enfant dont on supprime la sieste ou qu’on couche trop tard sera trop épuisé et énervé pour parvenir à trouver sereinement le sommeil le soir, mais à l’inverse, un enfant couché trop tôt sans signe de fatigue risque de s’agacer dans son lit, ce qui ne favorisera pas non plus l’endormissement. Les signes d’endormissement sont donc importants à guetter.

Les solutions au moment du coucher

L’enfant a les paupières lourdes, il bâille, se frotte les yeux : les signes d’endormissement sont là, il est temps de lui signaler qu’il est l’heure d’aller au lit. Ce moment doit être ritualisé pour mettre l’enfant en confiance : quelque soit le rituel choisi (petite histoire, chanson, câlin), il doit être prévisible et ne doit pas s’éterniser ni être sujet à négociations : il faut rester ferme sur les limites imposées. Au final, ce cadre rassurera l’enfant.

Il est important d’éviter tout contact physique comme tenir la main de son enfant pendant qu’il s’endort pour ne pas créer une dépendance nuisible puisqu’en cas de réveil nocturne, il sera inquiet de se retrouver tout seul et ne sera pas en capacité de se rendormir par lui-même.

Si l’enfant appelle, il est nécessaire d’aller le voir dans son lit pour le rassurer. S’il sort de son lit, il faut l’y raccompagner autant de fois que nécessaire : s’il sent son parent déterminé, il se lassera plus facilement et finira par s’endormir.

Les pistes en cas d’échec de ces différentes solutions

Quand les troubles de l’endormissement se pérennisent, il est nécessaire de consulter un médecin avant que le retentissement sur les apprentissages de l’enfant et sur le climat familial ne soit trop important. Il pourra faire le point sur les difficultés et orienter vers un spécialiste au besoin.

Le recours à un psychologue peut être une autre façon d’aider son enfant quand une angoisse à l’endormissement s’installe : la cause peut être évidente (un deuil par exemple), mais ce n’est pas toujours le cas. Le sommeil est une séparation entre l’enfant et ses parents qui peut être mal vécue pour différentes raisons, il est important de pouvoir mettre des mots dessus.

Publié par Hélène Joubert journaliste scientifique le 08/06/2017 - 15h57

- Fondation Recherche Médicale « Les troubles du sommeil : fatalité ou maladie que l’on peut soigner ? »

https://www.frm.org/upload/pdf/frm_deb_sommeil.pdf

- « Trouble du sommeil chez l’enfant » Hélène de Leersnyder

http://www.sfrms-sommeil.org/IMG/pdf/prise_charge_sommeil_Leersnyder-.pdf

Notez cet article
PUB
A lire aussi
Mon enfant dort mal… que faire? Publié le 03/12/2012 - 10h03

Petit dormeur ou gros dormeur, chaque enfant est différent. Si les besoins en sommeil varient en fonction de l’âge, assurer qualité et quantité est fondamental dès la naissance.

Pourquoi mon enfant ne veut-il pas dormir ? Publié le 20/01/2014 - 17h27

Des premières nuits à l'entrée à l'école, le sommeil des bébés est l'un des sujets de conversation préféré des parents. Et pour cause : le sommeil est un élément très important pour la santé de l'enfant, mais aussi pour la vie quotidienne de ses pare...

Les troubles du sommeil de l'enfant Publié le 28/05/2013 - 14h09

Les troubles du sommeil sont relativement fréquents chez le jeune enfant et ne deviennent véritablement ennuyeux que s'ils se répètent fréquemment. Le plus souvent, ils sont l'expression des angoisses que peut ressentir l'enfant face à une situation...

Plus d'articles