Sexe et sport font-ils bon ménage ?

Mise à jour par Marion Garteiser, journaliste santé le 19/03/2015 - 21h31
-A +A

Les chercheurs se passionnent parfois pour des questions qui semblent futiles... L'impact de l'acte sexuel sur la performance sportive occupe une place de choix. Faire l'amour, est-ce bon pour les performances sportives ?

PUB

Faut-il faire l'amour avant de faire du sport ?

Sur le sujet, les stars du sport ont parfois été interviewées... et leurs réponses se contredisent. Certains, comme Linford Christie, prônent l'abstinence sexuelle avant une compétition. "Ne pas faire l'amour rend plus agressif", explique-t-il, "c'est positif." D'autres prétendent exactement le contraire : "Les bons attaquants marquent davantage lorsqu'ils ont fait l'amour la veille d'un match", avance le footballeur brésilien, Romario. Ronaldo lui-même n'a pas hésité à prendre position sur le sujet. "Faire l'amour quelques heures avant un match, c'est la clef du succès, à condition d'être passif et de jouir du moment présent, ca relaxe et redonne de l'énergie pour jouer". Il se contredira un peu lors de la Coupe du monde suivante en déclarant que la victoire valait bien trois semaines d'abstinence (sic). Il reste que la question du sexe et du sport divise les sportifs et leurs entraîneurs.

Sexe et sport : une question cruciale

Deux hypothèses contradictoires circulent parmi les spécialistes. L'une voudrait que l'acte sexuel accroisse le taux de testostérone circulant dans l'organisme et produise donc une forme naturelle de dopage. L'autre prétend, au contraire, qu'on dilapide sa concentration et son influx. Sur cette question cruciale, une expérience avait été menée en Belgique en 2001, sponsorisée par la marque Durex. L'enquête a été confiée au docteur Goossens, médecin du club de division 1 de football, "Germinal" Beerschot (qui a aujourd'hui changé de nom et s'appelle K. Beerschot AC). Douze joueurs ont passé deux tests d'effort maximal sur tapis roulant au lendemain d'une nuit d'amour et dans des conditions d'abstinence.

Verdict ? Il n'y a pas de corrélation entre la présence de testostérone dans le sang et la relation sexuelle. Restait à savoir si le sexe améliorait les paramètres de la performance. Et là, les résultats plaident plutôt en faveur des abstinents. Au lendemain de l'acte, dix des douze cobayes ont atteint plus rapidement leur fréquence cardiaque maximale et produisaient plus de lactates aux différents niveaux d'un effort. "Sur le plan physiologique, je ne peux que plaider l'abstinence", conclut le docteur Goossens.

Initialement publié par Gilles Goetghebuer, journaliste santé le 09/09/2003 - 00h00 et mis à jour par Marion Garteiser, journaliste santé le 19/03/2015 - 21h31
Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUB
A lire aussi
Quand football à la télé ne rime pas du tout avec santé... Publié le 23/06/2014 - 16h48

Regarder le foot à la télé n'est pas sans danger. Tenez-le vous pour dit les soirs de grands matchs où joue votre équipe préférée ! Devant un match de foot, on boit, quelque fois plus que de raison, on stresse, on s'énerve... et l'AVC ou l'infarctus...

Sexualité : " Qui prend l'autre ? " Mis à jour le 03/02/2004 - 00h00

" C'est pas l'homme qui prend la mer, c'est la mer qui prend l'homme… " Cette chanson de Renaud rappelle que les évidences apparentes ne sont pas toujours vraies. En amour, on dit toujours " Il l'a prise ". C'est, dans notre langage, l'homme qui pren...

Rugby: Une étrange épidémie Mis à jour le 06/11/2007 - 00h00

L'année passée, le rugby belge a été le théâtre d'une épidémie rarissime et foudroyante. Retour sur ces événements.

Plus d'articles