Sexe, les rendez-vous manqués !

Publié par Patricia Riveccio le 22/07/2003 - 00h00
-A +A

Le désir sexuel n'a pas d'âge mais au fil du temps, les pannes sexuelles peuvent se faire plus fréquentes. Et pourtant, aujourd'hui les troubles de l'érection, sujet encore tabou et véritable pathologie, ont des solutions thérapeutiques qui permettent de retrouver une certaine qualité de vie.

PUB

La baisse de l'activité sexuelle masculine observée dans toutes les enquêtes est liée en grande partie à la qualité des érections. Dans le monde, 152 millions d'hommes souffrent de dysfonction érectile (DE) dont 2,2 à 3,6 millions d'hommes en France, soit 1 homme sur 3. Avec le vieillissement de la population, la prévalence mondiale de la DE doublera, dit-on, d'ici vingt ans. Dans une enquête récente, les hommes de plus de 45 ans, invoquent le vieillissement. Certains d'entre eux mettent leur libido de côté et renoncent au plaisir. D'autres dépriment. Peu d'entre eux prennent le chemin de la consultation. Or, aujourd'hui, les traitements sont là.

La trahison du corps

Encore trop souvent qualifiée de manière péjorative "d'impuissance", " la dysfonction érectile est définie comme l'incapacité permanente ou récidivante d'obtenir ou de maintenir une rigidité pénienne suffisante pour l'accomplissement de l'acte sexuel ", précise le docteur Francois Giuliano (1). Une récente étude révèle que la prévalence de la dysfonction érectile augmente nettement avec l'âge, passant de 15% chez les moins de 45 ans à 44% après 45 ans. Son origine, le plus souvent multifactorielle, est liée à l'âge et aux pathologies courantes et 70 à 80% des impuissances sont d'origine organique : stress, diabète, hypertension artérielle, problèmes cardio-vasculaires, fatigue, dépression, maladies prostatiques. Liée aussi aux facteurs psychologiques et relationnels, à la prise de certains traitements aux effets délétères sur la sexualité (anti-hypertenseurs, anti-dépresseurs) ainsi qu'à la consommation d'alcool. Quant aux fumeurs, ils auraient 27 fois plus de risques de souffrir de troubles érectiles.

Une réelle souffrance

La santé sexuelle est une composante importante du bien-être global d'une personne. Lorsqu'elle est affectée, la sexualité atteint la qualité de vie physique et psychique des hommes mais aussi de leurs partenaires. " La vie émotionnelle masculine peut se résumer à une question fondamentale : "Est-ce que je suis à la hauteur ?" ", explique Sylvain Mimoun (2). Et lorsqu'ils n'y sont pas, de nombreux hommes sont dans une détresse extrême avec une tendance à se sentir dévalorisés, un repliement sur eux-mêmes. Certains se suicident. Il faut dire que dans la société du XXIe siècle, la performance est obligatoire, ici et maintenant, tout de suite et vite ! La virilité comme le reste. Panne d'érection, vertige de l'échec, angoisse dévastatrice révélée par les sondages : celle de l'impuissance définitive qui entraîne la perte de l'identité masculine. Une vraie petite mort !

Publié par Patricia Riveccio le 22/07/2003 - 00h00 (1) Centre hospitalier Universitaire de Bicêtre, Service d'Urologie. (2) Andrologue et directeur du centre d'andrologie de l'hôpital Cochin, à Paris. (3) Enquête Louis Harris pour le Laboratoire Pfizer (2001). (4) Hôpital Gaston Doumergue, Service d'urologie, Nîmes.
Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUB
A lire aussi
Diabète et troubles de l’érection: quel rapport? Publié le 09/10/2012 - 15h27

La dysfonction érectile est à considérer comme un signal d'alarme . Les hommes qui présentent des troubles de l’érection ont un risque accru de maladie cardiovasculaire. Or le diabète est lui-même un facteur de risque cardiovasculaire. Mais il faut é...

Plus d'articles