Scoliose

PUB

Même si les traitements sont de plus en plus efficaces, il est encore très important d'en faire le dépistage suffisamment tôt.

En dehors d'affections neurologiques ou musculaires entraînant des handicaps compliqués de scoliose, il n'y a la plupart du temps pas de cause retrouvée. C'est ce qu'on appelle la scoliose idiopathique. Elle correspond à une déformation permanente de la colonne vertébrale dans les trois plans de l'espace, par déplacement progressif des vertèbres les unes par rapport aux autres. Elle apparaît pendant la croissance et est 8 fois plus fréquente chez les filles que chez les garçons.

Il faut bien distinguer la scoliose vraie de ce qu'on appelle l'attitude scoliotique. Celle-ci est juste une déformation immédiatement réversible de la colonne due à une mauvaise position ou mouvement. La radio permet en général de distinguer cette affection de la vraie scoliose, représentée par une déformation permanente.

La scoliose est souvent dépistée de façon systématique par le médecin scolaire, le pédiatre ou le médecin de famille. A la maison, c'est souvent l'asymétrie entre les bras, le bassin, les hanches et les épaules qui intrigue les parents, avec parfois l'impression d'une épaule trop haute ou d'une jambe trop courte.

Lors de l'examen clinique réalisé en cabinet, le médecin observe l'enfant nu, debout, de dos, en plaçant le bassin de façon horizontale. Il recherche ainsi une courbure anormale de la colonne par rapport au bassin, si besoin à l'aide d'un fil à plomb ; ensuite, une bosse ou "gibbosité" en faisant pencher l'enfant en avant. C'est toutefois l'examen radiologique qui permet de faire le diagnostic et de différencier la scoliose vraie de l'attitude scoliotique.

Les traitements des scolioses qui font partie d'un handicap neuro-musculaire sont particuliers et ne seront pas détaillés ici. En ce qui concerne la scoliose idiopathique qui est de loin la plus fréquente, la prise en charge sera adaptée en fonction de l'importance de la déformation. La kinésithérapie est très souvent prescrite en même temps que les autres traitements, dont la rééducation posturale, les élongations et le port d'un corset de façon plus ou moins permanente. La chirurgie est rare et destinée aux cas graves. Fondation Cotrel-Institut de France www.fondationcotrel.org

Publié par <a href="/taxonomy/term/19135" hreflang="fr">Dr Renaud Guichard</a> le 02/07/2003 - 02h00 " Les scolioses ", Rene Cailliet ; Editeur Masson.
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUB
A lire aussi
Scoliose : quelles conséquences à l'âge adulte ? Publié le 22/09/2015 - 16h30

La scoliose désigne une déformation de la colonne vertébrale . Elle peut être acquise à l'âge adulte, par exemple en raison d'une tumeur ou d'un traumatisme. Sinon, elle se développe classiquement dans l'enfance, progresse durant l'adolescence et ent...

Repérer et prendre en charge une scoliose chez l'adolescent Publié le 30/11/2015 - 16h24

La scoliose concerne près de 2% des adolescents, et est souvent sans gravité. Mais encore faut-il la reconnaître pour éliminer l'hypothèse d'une maladie sous-jacente, et prévenir les conséquences potentielles... Quels sont les signes de la scoliose ?...

Adoptez une bonne position d'assise pour votre dos Mis à jour le 19/12/2006 - 00h00

Une nouvelle étude suggère qu'être assis bien droit pendant plusieurs heures - par exemple quand on travaille sur un ordinateur - peut favoriser l'apparition de douleurs dorsales chroniques. En effet, la meilleure position pour votre dos est quelque...

Plus d'articles