Santé intestinale : le Belge s'en moque...

Publié par Nicolas Rousseau, diététicien nutritionniste le 19/07/2005 - 00h00
-A +A

Une nouvelle enquête auprès des Belges et des médecins généralistes confirme l'attitude négative et le manque de connaissances à l'égard des probiotiques et de la santé intestinale.

PUB

Les résultats d'une enquête sur la santé menée par Yakult Belgium en mai 2005 révèlent que 3% des Belges seulement redoutent en premier lieu des pathologies intestinales, alors que celles-ci (intestin irritable, cancer du côlon, coeliaquie, diarrhée, constipation...) représentent une bonne part des soins de santé en Belgique. Le rôle du médecin généraliste reste primordial dans le contrôle et le suivi de notre santé intestinale, mais les médecins déclarent que 80% de leurs patients n'évoquent pas spontanément leurs problèmes intestinaux au cours de la consultation. Tant les médecins que les patients n'abordent pas spontanément le problème et ils disent avoir besoin de plus d'informations sur la santé et les problèmes intestinaux.

Le coeur avant tout

Pour les Belges, les intestins ne seraient pas le reflet de notre santé. Pour leur santé, les Belges redoutent surtout les maladies cardio-vasculaires (25%) et des systèmes reproducteur (20%) et nerveux (12%). Presque la moitié (45%) pensent que la plupart des problèmes intestinaux "se résolvent d'eux-mêmes" et "savent" pour quel type de problèmes ils devraient consulter.

Derrière la plainte, le danger

Et pourtant, des plaintes bénignes à première vue comme la diarrhée, des crampes intestinales, une mauvaise digestion peuvent indiquer des maladies sérieuses comme celle de Crohn, la colite ulcérante, le cancer du côlon ou la coeliaquie (allergie au gluten). La digestion est assurée par les intestins, qui contiennent en outre 80% de nos défenses naturelles. Les Belges semblent pourtant ne pas être convaincus de l'importance d'une bonne santé intestinale. Nos compatriotes sous-estiment manifestement le rôle des intestins dans la santé en général. Or, à titre d'exemple, selon la Fondation Belge contre le cancer, le cancer du côlon (gros intestin) est le deuxième par ordre de fréquence chez les femmes et le troisième chez les hommes.

Publié par Nicolas Rousseau, diététicien nutritionniste le 19/07/2005 - 00h00 Enquête menée par Yakult en mai 2005 auprès d'un échantillon représentatif. Elle se situe dans le cadre des sondages omnibus de l'IPSOS, menés trois fois par mois en face à face auprès d'échantillons de 1.000 Belges de plus de 15 ans. En outre, 200 médecins généralistes ont été interrogés par téléphone via le système CATI, sur la problématique intestinale en Belgique.
Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUB
A lire aussi
Plus d'articles