Rougeole et vaccination : un peu de bon sens…

Article créé le 23/02/2015 - 16h18 et mis à jour par Marion Garteiser, journaliste santé le 23/02/2015 - 16h18
-A +A

La rougeole fait la une en ce moment, parce que les Etats-Unis voient le nombre de cas de la maladie augmenter fortement.
Qu’en est-il chez nous ? Et pourquoi parle-t-on tant de ce vaccin ?

PUB

Vaccin contre la rougeole : sujet sensible…

La rougeole avait pratiquement disparu il y a quelques années. Grâce à des campagnes de vaccination efficaces, le nombre de cas était descendu à quelques dizaines par an en Belgique, alors que dans le monde entier la rougeole continue à faire plusieurs centaines de milliers de morts par an.

Et puis en 2011, grosse épidémie, plus de 600 cas sont signalés. Et cette année, aux Etats-Unis, on observe la pire épidémie depuis vingt ans.

Que se passe-t-il ?
La rougeole est l’une des maladies les plus contagieuses que l’on connaisse ; un seul cas peut contaminer des dizaines de proches. Et pour que le risque soit éliminé, il faut une couverture vaccinale très importante – plus de 95%. Or le nombre de parents qui refusent ce vaccin est en augmentation. Et comme ils sont souvent proches (mettant leurs enfants dans les mêmes écoles par exemple), certains groupes d’enfants ont une couverture vaccinale très faible. Si le virus trouve son chemin jusqu’à ce milieu, les victimes se comptent par dizaines. C’est pourquoi les autorités se retrouvent à nouveau à devoir faire la promotion du vaccin. Sauf qu’il semble qu’auprès de certains parents, cette promotion soit contre-productive : plus le message de l’intérêt de la vaccination est répété, plus ils ont l’impression qu’on leur force la main… résultat, les positions sont de plus en plus tranchées des deux côtés, et il est de plus en plus difficile de réconcilier les points de vue.

Le vaccin contre la rougeole est nécessaire

Commençons par dire que le vaccin est nécessaire. Il évite en effet une maladie qui peut être mortelle – un enfant de 18 mois vient de mourir de la rougeole à Berlin. En outre il s’agit d’un vaccin bien connu et très sûr. Les différentes raisons évoquées pour le refuser – lien avec l’autisme, effets secondaires dangereux – n’ont jamais été prouvées scientifiquement, et sont beaucoup moins sérieuses que les risques posés par la maladie elle-même.

Cependant, les réserves des parents doivent être entendues, et pas ridiculisées. Les réactions négatives au vaccin existent et peuvent être importantes ; même si elles sont moins dangereuses que la rougeole elle-même (sans parler des oreillons et de la rubéole, puisque le vaccin protège contre ces trois maladies à la fois !), il est inutile de le nier, ou de traiter par le mépris les parents qui s’en inquiètent. Alors si vous hésitez, ou que vous vous posez des questions au sujet des vaccins, n’hésitez pas à en parler avec un médecin de confiance.

Billet initialement publié le 23/02/2015 - 16h18 et mis à jour par Marion Garteiser, journaliste santé le 23/02/2015 - 16h18
Ce billet fait partie du blog : Le blog de la Rédaction
Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUB
A lire aussi
Une épidémie de rougeole? Publié le 26/02/2013 - 10h37

La rougeole fait son grand retour dans notre pays. 155 cas ont été reportés en Belgique pour le premier trimestre de 2011, ce qui représente plus que tous les cas de rougeole de 2010. Pourquoi cette augmentation? Et que faut-il faire?

Vaccination RRO, la confiance est rétablie Mis à jour le 02/03/2002 - 00h00

Le vaccin RRO apporte une protection immunitaire contre trois maladies infantiles : la rougeole, la rubéole et les oreillons. Malgré son efficacité, il a fait l'objet de soupcons de la part des scientifiques et des parents en Grande-Bretagne. Il étai...

Vrai/faux sur la vaccination Mis à jour le 21/09/2009 - 00h00

Les vaccins sauvent des millions de vies de par le monde. Dans les pays développés, certaines maladies qui étaient autrefois de véritables fléaux ont complètement disparu. Le spectre de ces maladies ayant reculé, nos inquiétudes se focalisent désorma...

Plus d'articles