Ronflement

PUB

L'air qu'on inspire se rend à l'arrière de la gorge, doit traverser un passage étroit et prendre de la vitesse avant d'atteindre la trachée et les poumons. L'accélération de la vitesse crée une pression négative, attirant la luette et le palais mou vers l'arrière. Ce mouvement de va-et-vient, rapide comme une vibration, produit le ronflement. Ce phénomène, généralement bénin, ne dérange pas le ronfleur, mais peut devenir une source de tension conjugale ou sociale. Les hommes sont plus nombreux à ronfler que les femmes, sans que l'on sache exactement pourquoi.

  • Un excès de poids. La graisse qui s'accumule dans la gorge réduit un espace déjà étroit, ce qui augmente le risque de ronflement.
  • L'anatomie de la gorge. Chez certaines personnes, le rétrécissement de l'espace à l'arrière de la luette est plus marqué, la base de la langue est parfois plus volumineuse, le pharynx peut également être plus long et plus étroit.
  • La ménopause. La ménopause s'accompagne de la perte de tonus des tissus et des muscles, y compris ceux de la gorge. Ce relâchement augmente les risques de vibration et cela, ajouté au gain de poids associé à cette période, peut entraîner du ronflement.
  • L'obstruction du nez. Elle peut être causée par la congestion nasale, une déviation de la cloison nasale, la présence de polypes, une hypertrophie des cornets du nez. Ces derniers sont formés d'os et de muqueuse, et servent à humidifier et à filtrer l'air. S'ils sont hypertrophiés, si la cloison nasale est déviée ou s'il y a des polypes dans le nez (petites boules de chair molles), l'air entre plus difficilement.
  • Les végétations adénoïdes. Les jeunes enfants de deux à trois ans qui respirent par la bouche ont parfois de grosses végétations adénoïdes, qui sont situées en arrière du palais et bloquent le passage de l'air.
  • Le tabagisme. La muqueuse du nez et de la gorge d'un fumeur est plus enflée et plus irritée, ce qui augmente la résistance à l'air inspiré.
  • Le fait de dormir sur le dos. Dans cette position, la langue et les autres tissus glissent vers l'arrière de la bouche et dans la gorge, et obstruent le conduit aérien.
  • Les tranquilisants, somnifères et autres médicaments. Tous les médicaments qui causent de la somnolence et un relâchement musculaire augmentent les risques de vibration.
  • Les repas copieux arrosé de vin ou de tout autre alcool. Les muscles relâchés vibrent davantage.
  • Le vieillissement. Les tissus se relâchent légèrement avec l'âge.
  • Certaines maladies, comme l'hypothyroïdie ou une allergie respiratoire importante.

  • Conseil anti-ronflement N°1 : évitez de consommer de l'alcool, surtout en soirée ou avant de vous coucher.
  • Conseil anti-ronflement N°2 : n'abusez pas des médicaments qui peuvent causer de la somnolence. Si vous êtes sujet au ronflement, évitez de prendre des médicaments tels que des somnifères et certains antihistaminiques, qui favoriseraient un relâchement musculaire encore plus prononcé. Au besoin, parlez-en à votre médecin.
  • Conseil anti-ronflement N°3 : perdez du poids s'il est excessif. Même si cet objectif est difficile à atteindre, maigrir pourrait faire disparaître votre problème de ronflement.
  • Conseil anti-ronflement N°4 : dormez sur le côté. Afin de demeurer dans cette position, vous pouvez revêtir un chandail et vous installer des balles de tennis dans le dos. Cependant, votre sommeil sera perturbé puisque vous vous réveillerez chaque fois que vous voudrez dormir sur le dos.
  • Conseil anti-ronflement N°5 : soignez votre congestion nasale. Si votre nez est décongestionné et que vous respirez mieux, il y a moins de risques que vous ronfliez.
  • Conseil anti-ronflement N°6 : cessez de fumer. Si vous ne réussissez pas à cesser complètement, une diminution pourrait être bénéfique.
  • Conseil anti-ronflement N°7 : portez un Breathe Right. Il s'agit d'un petit morceau de métal recouvert d'une bande adhésive que l'on applique sur les narines au moment de se coucher. En tirant sur les parois du nez, il ouvre les fosses nasales et aide à mieux respirer. On le trouve en vente libre dans les pharmacies.

  • Vous avez l'impression de ne pas être bien reposé(e) au réveil. Si vous ronflez beaucoup, vous faites probablement un effort continuel en respirant, ce qui peut perturber votre sommeil.
  • Vous souffrez de somnolence diurne. Il est parfois difficile de distinguer le simple ronflement de l'apnée du sommeil.
  • Le ronflement devient intolérable pour votre entourage.

Le médecin vérifiera s'il y a une obstruction nasale. Il vous examinera pour vérifier si le septum - la cloison qui normalement sépare le nez en deux parties égales - est bien droit. Il pourra aussi faire un examen à l'aide d'un endoscope, un petit tube souple muni de fibres optiques qu'on insère dans le nez pour observer le pharynx. Il permettra de vérifier s'il y a des polypes et de s'assurer que les cornets ne sont pas hypertrophiés. Si le ronflement semble secondaire à une maladie, comme l'hypothyroïdie ou une allergie importante, le médecin vous adressera à un autre médecin spécialiste.

Le fait de changer vos habitudes de vie en perdant du poids, en cessant de fumer, en diminuant la consommation d'alcool et en dormant sur le côté peut diminuer le ronflement. Si la cloison nasale n'est pas droite, cela peut être corrigé. Les végétations adénoïdes peuvent être retirées chirurgicalement. Il existe un petit appareil (CPAC) pour augmenter la pression positive dans le nez et diminuer le ronflement. L'appareil s'ajuste selon les besoins de chacun et envoie de l'air sous pression au moyen d'un masque que vous devez porter toute la nuit. Il est également possible de faire une résection partielle du voile du palais et de la luette à l'aide d'un rayon laser. Ce traitement ambulatoire, qui dure de 15 à 20 minutes, est effectué sous anesthésie locale par un oto-rhino-laryngologiste. Une disparition complète ou quasi complète du ronflement est notée par 70 % des conjoints de ronfleurs, tandis qu'il demeure une gêne persistante pour le conjoint dans 5 % des cas.

Publié par <a href="/taxonomy/term/19363" hreflang="fr">Dr Diane Boivin, Psychiatre, Hôpital Douglas, Verdun</a> le 18/10/2005 - 02h00 Guide familial des symptômes sous la direction du Dr André H. Dandavino - Copyright Rogers Media, 2005
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUB
A lire aussi
Que savez-vous sur le ronflement ? Publié le 02/11/2016 - 11h56

Une personne qui ronfle ? Rien de plus ordinaire. Mais le ronflement peut avoir une influence sur votre santé, c'est pourquoi vous avez tout à gagner à mieux le connaître. Faites le tour du sujet en 12 questions.

Ronfleurs et ronflements Mis à jour le 19/01/2007 - 00h00

Les ronflements sont un sujet qui porte certains à sourire. Pour d'autres, ils peuvent devenir intolérables dans la vie quotidienne. Cette nuisance sonore touche près de 40% des adultes de plus de 50 ans. Ronfleurs et conjoints de ronfleur, que faut-...

Mais pourquoi dort-on si mal? Publié le 21/02/2012 - 10h21

Certains troubles du sommeil sont liés à une véritable maladie, qu’il convient de traiter pour retrouver un bon sommeil . D’autres troubles du sommeil sont davantage liés à une mauvaise hygiène de vie. Il est donc possible en rectifiant certaines hab...

Orthodontie: mon enfant a un palais trop étroit… Publié le 21/12/2012 - 17h44

Votre enfant suce son pouce et votre dentiste vous a dit qu’il avait un palais étroit ? C’est fort possible, la succion du pouce ou de la tétine étant une cause majeure de palais étroit . Quelles sont les autres causes et les conséquences d’un palais...

Plus d'articles