Réparer un coeur après l'infarctus : le miracle des cellules souches

Publié par Adaptation Pierre Dewaele, journaliste médical et scientifique le 21/01/2002 - 00h00
-A +A

L'injection de cellules souches adultes dans le cŒur d'un patient souffrant d'insuffisance cardiaque pourra peut-être lui permettre de recouvrer un cŒur de jeune homme. La thérapie cellulaire ouvre la porte à la médecine du 21e siècle.

PUB

Lors d'un infarctus du myocarde, une ou plusieurs artères (les artères coronaires) qui alimentent le coeur en sang oxygéné se bouchent. Privée d'oxygène la partie du muscle qui n'est plus irriguée, souffre puis meurt et ne peut donc plus se contracter. Lorsque l'issue n'est pas fatale, il en résulte une perte plus ou moins importante de la puissance de " pompage " du cŒur. On dit que les patients sont " insuffisants cardiaques ".Jusqu'à présent, l'un des principaux recours était le pontage coronarien, une opération chirurgicale permettant d'établir une dérivation de l'artère coronaire bouchée de manière à rétablir rapidement la circulation sanguine dans la région affectée. Aujourd'hui, de nouvelles méthodes sont mises à jour et on envisage purement et simplement la réparation du muscle cardiaque " in situ ". Ce petit miracle est devenu possible grâce à l'injection de cellules souches.

Des cellules miraculeuses

Les cellules souches sont présentes dans l'embryon et à plusieurs endroits dans l'organisme adulte : sous la peau, dans le foie ou dans la moelle osseuse, etc.Alors que la plupart des cellules composant les tissus adultes sont spécialisées et ne peuvent se multiplier suffisamment pour renouveler un tissu abîmé, les cellules souches peuvent se multiplier rapidement et former différents types de tissus. Injectées dans un organe comme le coeur, elles seront capables de coloniser la zone endommagée, et d'adopter la forme et la fonction des cellules environnantes, dans ce cas, des cellules cardiaques.

Comment s'y prend-on pour les greffer dans un coeur malade ?

D'abord testée chez l'animal, la technique a été adaptée à l'homme et fait maintenant l'objet d'une étude en phase I. A l'hôpital Bichat de Paris, le service du Pr Philippe Menasché a entrepris des autogreffes de myoblastes sur 10 patients insuffisants cardiaques suite à un infarctus du myocarde.Les médecins ont effectué un prélèvement dans le muscle de la cuisse du patient. Les cellules prélevées, les myoblastes, ont été mises en culture " in vitro " de facon à ce qu'elles se multiplient jusqu'à atteindre un nombre suffisant (800 à 900 millions). Elles ont alors été injectées dans la zone endommagée du cŒur du même patient (autogreffe). Le fait que les cellules proviennent du même malade, évite toute réaction de rejet.Jusqu'à présent, les médecins ont pu vérifier que les myoblastes greffés se contractaient bien avec le reste du muscle. Reste maintenant à savoir s'ils améliorent efficacement à la contraction cardiaque. Une étude en phase II sur une centaine de patients devrait permettre de le déterminer dès le début de cette année.

Publié par Adaptation Pierre Dewaele, journaliste médical et scientifique le 21/01/2002 - 00h00 Myoblast transplantation for heart failure. Menasche P, Hagege AA, Scorsin M, Pouzet B, Desnos M, Duboc D, Schwartz K, Vilquin JT, Marolleau JP. Lancet. 2001 Jan 27;357(9252):279-80. Autologous skeletal myoblast transplantation for cardiac insufficiency. First clinical case Menasche P, Hagege A, Scorsin M, Pouzet B, Desnos M, Duboc D, Schwartz K, Vilquin JT, Marolleau JP. Arch Mal Coeur Vaiss. 2001 Mar;94(3):180-2. French.
Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUB
A lire aussi
Des cellules à tout faire Mis à jour le 09/07/2002 - 00h00

Les propriétés tant recherchées des cellules embryonnaires viennent d'être découvertes dans des cellules adultes. Extraites de la moelle osseuse, elles sont capables de se multiplier puis de se transformer en toutes sortes de tissus de l'organisme.

Nouvel espoir pour les cardiaques Mis à jour le 21/01/2003 - 00h00

Une première mondiale a eu lieu en Belgique. Si les résultats se confirment, la transplantation cardiaque pourrait devenir un traitement de deuxième intention chez les patients ayant subi un infarctus important.

Plus d'articles