La rentrée rime-t-elle avec le retour des allergies ?

Mise à jour par Stéphanie Koplowicz, Journaliste Santé le 23/08/2012 - 11h33
-A +A

Les allergènes s'invitent aussi à l'école : poils d'animaux, poussières, champignons et acariens sont au programme !

Le point sur la question grâce à une étude de Päivi Salo, du National Institute of Environmental Health Sciences.

PUB

Plusieurs sources d'allergènes à l'école

Si à la maison tout est souvent mis en oeuvre pour que les bambins soient peu en contact avec des allergènes, il n'en n'est pas de même à l'école.

Les enfants charrient tous un peu de leur propre environnement à l'école ; et les coussins, moquettes, rideaux et peluches que l'on y trouve augmentent la concentration en allergènes et donc le risque sous-jacent d'allergie.

Par "allergie" entendez les affections respiratoires telles que :

  • les rhinites,
  • les éternuements et l'asthme,
  • les affections cutanées du type urticaire ou eczéma,
  • mais aussi les atteintes oculaires que sont la conjonctivite et les oedèmes des paupières.

Les poils d'animaux causent des allergies dans les écoles

De nombreuses études attestent de la présence en grand nombre de poils de chien ou de chat, qui sont des allergènes bien connus dans les écoles. Ils arrivent dans les établissements scolaires par le biais des vêtements des enfants propriétaires d'animaux de compagnie.

De manière logique, ce type d'allergène n'est généralement pas problématique pour ces petits propriétaires mais peut, en revanche, être source d'allergie pour les enfants qui ne sont pas habitués à être en contact avec des animaux.

Initialement publié par Elise Dubuisson, journaliste santé le 11/09/2009 - 00h00 et mis à jour par Stéphanie Koplowicz, Journaliste Santé le 23/08/2012 - 11h33

"Indoor allergens in school and day care environments", J Allergy Clin Immunol, août 2009.

Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUB
A lire aussi
Asthme : comment évaluer le risque à l'adolescence ? Mis à jour le 26/09/2006 - 00h00

Un risque majoré d' asthme à l'adolescence peut être identifié dès la petite enfance. Une association entre bronchiolites et sensibilisation à des allergènes durant la petite enfance serait prédictive d'un risque ultérieur de développer un asthme .

Plus d'articles