Régime Zermati

Mise à jour par Paule Neyrat, Diététicienne le 22/01/2014 - 10h36
-A +A

Célèbre nutritionniste, le Docteur Jean-Philippe Zermati a publié deux ouvrages qui firent grand bruit en leur temps: "La fin des régimes" en 1998 et "Maigrir sans régime" en 2004. Il y développe non pas un régime puisqu'il est farouchement opposé à tout ce qui porte ce nom, mais sa méthode, basée essentiellement sur l'écoute de ses sensations. Néanmoins les succès qu'il obtient avec ses patients ont fait que cette méthode a été baptisée Régime Zermati.

PUB

Principes de la méthode Zermati

Le Docteur Zermati part du principe exact et vérifié depuis longtemps que nous avons tous un poids morphologique qui n’est pas forcément en accord avec les diktats de la société et/ou de la mode.

Il faut donc se réconcilier avec la nourriture, écouter ses sensations, ne plus être dans un contrôle permanent, ne plus se priver, ne plus rien s’interdire, donc se libérer de l’état de « restriction cognitive ».

La première démarche conseillée par le Dr Zermati est d’analyser impitoyablement son alimentation en notant pendant une dizaine de jours tout ce que l’on mange, où, quand, comment et quels sensations et sentiments l’on a éprouvé en même temps du genre colère, frustration, plaisir, faim, envie, satiété etc.…

Une fois que l’on a pris conscience de son « paysage alimentaire », il faut manger seulement quand on a faim, vraiment faim et pas envie. Ce qui n’est pas la même chose car le besoin de manger est physiologiquement différent de l’envie.

Il faut aussi se concentrer complètement sur ce que l’on mange alors.
Pour cela, il faut évidemment manger lentement, ne rien faire d’autre en même temps et éviter tout ce qui pourrait distraire, perturber cet acte de manger : donc pas de stress, pas de télé, pas de conflit à table, du calme, rien que du calme.

Quoique l’on mange, on s’arrête dès qu’on n’a plus faim, que l’on se sent rassasié.
Une fois que l’on a pris cette bonne habitude, on doit se guérir des tabous alimentaires, s’enlever de la tête le cliché des « aliments qui font grossir ». Il faut par exemple remplacer un repas normal par un repas de gâteaux ou de sucreries et en manger « à volonté » (comme les légumes dans la plupart des régimes !).

Mais comme on sait maintenant s’arrêter dès qu’on n’a plus faim, on ne court aucun risque d’en manger au-delà de ses besoins énergétiques. Ainsi, on maigrira doucement… si l’on doit maigrir.

Avantages du Régime Zermati

Cette méthode a le grand mérite de réapprendre à manger lentement, donc de mener à la satiété, ce qui fait obligatoirement manger moins lorsqu’on était du genre à prendre des repas en 10 minutes ou n’importe où. Le Régime Zermati conduit à un amaigrissement plus ou moins lent selon les personnes.

Initialement publié par Paule Neyrat, Diététicienne le 10/08/2010 - 02h00 et mis à jour par Paule Neyrat, Diététicienne le 22/01/2014 - 10h36
Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUB
A lire aussi
Stratégie minceur pour 2009 (Chapitre 1) Mis à jour le 17/12/2008 - 00h00

La prise de poids n'est pas une fatalité. Même si l'obésité est qualifiée d'épidémie à cause de sa fréquence croissante, même si la grande majorité des régimes dits "minceur" est vouée à l'échec, on peut, avec des mesures simples et de bon sens, ne p...

Obésité : nos enfants en danger Mis à jour le 11/11/2003 - 00h00

Aujourd'hui en France et en Belgique, 19% des enfants entre 9 et 12 ans sont considérés comme en surpoids ou obèses. Si l'on ne fait rien, cette population pourrait passer à 40% d'ici dix ans. Afin d'éviter cette catastrophe annoncée, apprenons à nos...

Régime : comment bien manger ? Publié le 09/03/2016 - 18h35

Quand on cherche à lutter contre le surpoids , réapprendre à manger ne passe pas seulement par la nourriture. Il faut non seulement réfléchir à ce que nous mangeons, mais également à la facon dont nous nous alimentons. C'est le meilleur moyen de bann...

Plus d'articles