Réduire la consommation d'alcool

Mise à jour le 03/12/2010 - 13h57
-A +A

Pour réduire son risque de cancer, il est recommandé de limiter sa consommation de boissons alcoolisées, non seulement en termes de quantité, mais aussi en termes de fréquence. Un point sur les recommandations actuelles en matière de consommation d'alcool et de prévention santé.

PUB

Les mesures de prévention individuelles

En 2007, le nombre de cas de cancers liés à l’alcool était évalué à 10,8% des cancers masculins et 4,5% des cancers féminins.

L’alcool représenterait ainsi la deuxième cause de mortalité évitable par cancer en France.

En effet, la consommation d’alcool augmente les risques de cancer des voies aérodigestives supérieures (VADS), du larynx, de l’œsophage, du foie ou du côlon. Elle serait aussi impliquée dans les cancers du sein ou de la prostate.

Le lien entre alcool et cancer s’explique par quatre phénomènes principaux :

  • Il est directement irritant pour les muqueuses de la bouche ou de la gorge avec lesquels il rentre en contact lors de sa consommation
  • Il est dégradé par l’organisme en une molécule à risque cancérigène (l’acétaldéhyde) qui agirait sur certaines cellules pour donner des cellules tumorales
  • Il entraîne une inflammation et une fibrose du foie qui limitent le fonctionnement normal de l’organe et qui peuvent conduire au développement d’un cancer (hépatocarcinome)
  • Il augmente le taux d’hormones sexuelles circulantes (ex : estrogènes) qui ont elles-mêmes une influence sur la survenue de cancer ; ceci semble principalement démontré dans le cancer du sein, via l’augmentation des taux en estrogènes.

Le risque de cancer lié à l’alcool ne dépend pas de la nature de l’alcool mais de la quantité d’alcool pur (éthanol) que contient chaque verre. Ainsi, un verre de vin (12 cl), de bière (25 cl) ou de digestif (4 cl) expose au même risque, car ils contiennent chacun 10 g d’alcool pur environ.

Le risque de cancer augmente progressivement avec la quantité consommée par les individus. Par exemple, le risque de cancer des VADS est multiplié par 1,4-1,7 en dessous de quatre verres par jour mais il est multiplié par 4,2 à 12,6 dès que la consommation est supérieure.

Les mesures de prévention individuelles

Il est recommandé à titre individuel de limiter la quantité d’alcool consommée ainsi que la fréquence à laquelle elle est consommée.

Ceci permet de se préserver contre les risques de cancer mais aussi contre les risques liés à d’autres maladies. Les femmes apparaissent plus vulnérables aux effets de l’alcool que les hommes, pour un même volume d’alcool. Aussi, on recommande une consommation maximale de deux verres d’alcool par jour chez la femme et de trois verres chez l’homme. En raison des risques pour l’enfant à naître, les femmes enceintes doivent s’abstenir de toute consommation d’alcool.

Initialement publié le 10/09/2005 - 02h00 et mis à jour le 03/12/2010 - 13h57
Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUB
A lire aussi
Toute la vérité sur l'alcool Mis à jour le 15/02/2010 - 00h00

L'alcool est l'objet de nombreuses croyances et fausses idées, chacun adoptant bien souvent celles qui l'arrangent... Voici des réponses claires à 5 questions, et notamment, quelle est la bonne dose d'alcool bénéfique à la santé ?

Avez-vous déjà songé à boire moins d'alcool ? Mis à jour le 06/04/2004 - 00h00

350.000 Belges sont alcooliques. Les conséquences de cette dépendance à l'alcool sont graves tant pour la santé physique et mentale que pour la vie sociale: une descente aux enfers qui peut être évitée.

Plus d'articles