Le réchauffement climatique et son impact sur notre santé : un risque croissant

Publié par Brigitte Bègue, journaliste santé le 15/09/2016 - 17h21
-A +A

PUB

Le réchauffement climatique sur les coquillages, c’est plus de gastro-entérites

Pour le Pr Jean-François Guégan, spécialiste des maladies infectieuses à l’Institut de recherche pour le développement (France), le risque le plus important dans l’hémisphère nord pourrait venir non pas des moustiques mais d’infections transmises par l’alimentation : « Le changement climatique s’accompagne de fortes pluies, c’est là un de ses effets majeurs… La décharge d’eau douce dans la mer due à ces pluies violentes engendre une baisse de la salinité et facilite la multiplication de virus et de bactéries comme les vibrios vivant dans les eaux côtières ». Ils  peuvent se retrouver dans la chaîne alimentaire via les huîtres, les palourdes, les coquillages... et provoquer des gastro-entérites. Le problème reste limité sous nos latitudes mais il y a déjà eu des cas d’intoxication chez nos voisins. 

« On a besoin de mieux comprendre les liens entre le réchauffement climatique et la santé car on en est qu’au début, précise le Pr Guégan. Néanmoins, il faut arrêter de crier au loup ici car les épidémies de maladies infectieuses viennent principalement de la pauvreté, de la malnutrition et de l’absence de système de soins ».

Des paramètres qui concernent avant tout les pays en développement et qui feront d’eux… les premières victimes du réchauffement climatique.

Publié par Brigitte Bègue, journaliste santé le 15/09/2016 - 17h21

Colloque « Santé publique et réchauffement climatique », organisé à Paris le 29 juin 2016 par l’Association des Journalistes de l’Environnement et l’Association de Journalistes pour la Nature et l’Environnement.

Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUB