Quelles solutions pour les patients atteints de rectocolite hémorragique ?

Mise à jour par Marion Garteiser, journaliste santé le 29/08/2017 - 14h46
-A +A

La rectocolite hémorragique réduit considérablement la qualité de vie des patients à cause de la douleur physique et du mal-être qu'elle occasionne.
Elle est en outre dangereuse, même si les décès sont rares et qu'une bonne prise en charge permet normalement de maîtriser les symptômes. Quels sont les traitements de la rectocolite hémorragique ?

PUB

Une maladie inflammatoire chronique de l'intestin

La rectocolite hémorragique est, comme la maladie de Crohn, une maladie inflammatoire chronique de l'intestin.

Contrairement à la maladie de Crohn, qui peut affecter tout le canal digestif, la rectocolite hémorragique se limite au gros intestin ou à des parties de celui-ci. La longueur de la partie du gros intestin enflammée peut très fortement varier d'une personne à l'autre, mais l'inflammation s'étend toujours de l'anus jusqu'au gros intestin.

La rectocolite hémorragique occasionne une inflammation de la muqueuse du gros intestin, mais ne pénètre pas dans les couches inférieures, contrairement à ce qui se passe avec la maladie de Crohn. C'est pour cette raison que cette affection est en général légèrement moins douloureuse que la maladie de Crohn. Chez la plupart des gens atteints par la rectocolite hémorragique, les périodes d'attaque succèdent aux périodes plus calmes. Les rémissions peuvent parfois durer plusieurs années.

Cette maladie se profile comme une maladie de civilisation typique qui s'observe surtout en Europe et en Amérique du Nord. Elle est également associée à une certaine prédisposition familiale. L'origine précise de la rectocolite hémorragique n'est pas encore connue. C'est une maladie auto-immune, c'est-à-dire une maladie dans laquelle notre propre système immunitaire attaque, pour une raison inconnue, nos tissus sains.
La rectocolite hémorragique a un impact très important sur la qualité de vie :

  • Plus des trois quarts des patients disent souffrir de crampes d'estomac/abdominales douloureuses, de fatigue ou de diarrhée.
  • De la moitié à trois quarts mentionnent une perte de poids, des douleurs articulaires et une diminution de l'appétit.
  • Il y a aussi le saignement rectal, typique de la rectocolite.

Quels traitements pour la rectocolite ?

Par crainte de complications (comme des saignements importants ou la perforation de l'intestin), on procède parfois à l'ablation de la zone de l'intestin touchée par la rectocolite hémorragique. Malheureusement, une intervention chirurgicale pour traiter une maladie chronique de l'intestin n'est pas toujours couronnée de succès, et alors que c'est une opération lourde dont les suites sont difficiles à vivre pour le patient. On ne pratique donc généralement une opération qu'en cas de complications.

Mais il est plus fréquent d'utiliser des médicaments :

  • Anti-inflammatoires.
  • Corticoïdes fortement dosés, par voie orale ou éventuellement par intraveineuse. Ils lutteront contre l'inflammation.
  • En cas d'échec : immunomodulateurs pour modérer le système immunitaire.
    Dans ce domaine, on a vu apparaître ces dernières années des traitements dits biologiques comme l'infliximab qui sont efficaces et bien tolérés quand les autres traitements ne donnent pas de résultats suffisants.

D'autres médicaments peuvent être utilisés pour gérer les conséquences de la rectocolite hémorragique :

  • Antidouleurs pour diminuer la souffrance pendant les crises.
  • Fer pour lutter contre l'anémie liée à la perte de sang.
  • Probiotiques pour favoriser un bon équilibre de la flore intestinale, etc.
Initialement publié par C. De Kock, journaliste santé le 23/01/2007 - 00h00 et mis à jour par Marion Garteiser, journaliste santé le 29/08/2017 - 14h46

Communiqué de presse "Enfin des bonnes nouvelles pour les patients atteints de rectocolite hémorragique!", Crohn en Colitis Ulcerosa Vereniging vzw (CCV vzw), Trefpunt Zelfhulp vzw (KULeuven) et Schering-Plough, décembre 2006. Ameli.

Notez cet article
PUB
A lire aussi
Rectocolite hémorragique: chronique et invalidante Publié le 12/09/2012 - 12h22

Les maladies inflammatoires chroniques de l'intestin , comme la rectocolite hémorragique et la maladie de Crohn , n'occasionnent pas seulement une douleur physique et un mal-être. Elles réduisent aussi, de manière significative, la qualité de vie des...

Rectocolite, douloureuse maladie de l'intestin Publié le 24/06/2014 - 10h20

La rectocolite hémorragique fait partie des maladies inflammatoires chroniques intestinales (MICI), comme la maladie de Crohn. On estime à 10.000 le nombre de Belges atteints (autant d’hommes que de femmes). Cette maladie auto-immune peut constituer...

Plus d'articles