Quelle hygiène intime l’été ?

Mise à jour par Marion Garteiser, journaliste santé le 04/07/2017 - 17h07
-A +A

Les beaux jours arrivant, notre mode de vie change : chaleur, transpiration, soleil,  baignade en mer ou en piscine, vêtements légers, et souvent rapports sexuels plus fréquents. Tous ces changements peuvent avoir un impact sur notre zone intime. Alors comment s’adapter pour conserver un confort intime ?

PUB

Hygiène intime en été : après une baignade pensez au rinçage !

Quand on se baigne tous les jours dans la mer ou dans une piscine, c’est très agréable. Mais notre peau se couvre de sel ou de chlore. Et dans les zones de plis, ces substances peuvent agresser la peau, en particulier là où elle est le plus sensible, dans les pli. Il est donc très important de bien se rincer à l’eau douce après un bain. Et c’est d’autant plus vrai que vous êtes en bord de mer, là où les grains de sable, agents irritants peuvent se glisser dans votre maillot ! 

Les matières synthétiques, attention

Polyamide, lycra, polyester, bien des maillots de bains ou sous-vêtements sont conçu dans ces matières. Pratiques, elles n’absorbent pas la transpiration, et sèchent donc rapidement. Le problème, c’est qu’elles augmentent la transpiration, les frottements et les irritations locales. Alors, bien sûr, vous n’allez pas repasser au maillot de bain en coton tricoté de nos grands-mères, mais lorsque vous ôtez votre maillot, choisissez un sous –vêtement en coton ou en soie, bien plus doux pour votre intimité. 

La sexualité s’épanouit l’été…


Le soleil, la chaleur, les vêtements léger, le temps pour séduire, la baisse du stress, et les longues soirées d’été, tous ces éléments sont propices aux rencontres ou aux rapprochements des couples. Lors des relations sexuelles plus fréquentes, des irritations peuvent se produire plus fréquemment à cause des frottements habituels dont les conséquences sont accentuées par le sable, le chlore ou le sel de mer.
Alors, il ne faut pas hésiter pas à utiliser un gel lubrifiant pour limiter les frottements exagérés. Et cela d’autant plus que l’on a des relations sexuelles protégées par un préservatif.
 

Et l’été, les conseils de toute l’année restent valables

  • Une femme ne devrait jamais pratiquer une toilette vaginale interne, sous peine d’entraîner des infections génitales. 
  • En cas de sensibilité intime, il ne faut pas utiliser de savon ou de gel douche, mais plutôt un produit d’hygiène adapté.
  • Après avoir été aux toilette, l’essuyage doit se faire de l’avant vers l’arrière afin de ne jamais apporter de particules de selles vers l’entrée du vagin ou de l’urètre.
  • La vulve est un lieu naturellement humide et sensible, qui ne doit jamais être asséché ni agressé par une toilette trop fréquente ou trop énergique !
Initialement publié par Dr Catherine Solano le 16/06/2015 - 15h08 et mis à jour par Marion Garteiser, journaliste santé le 04/07/2017 - 17h07

Infections génitales basses. JM Bohbot. La revue du praticien médecine générale tome 21 n°782/783 l 2 octobre 2007.
Hygiène intime féminine. Pathologies induites par une hygiène intime inadaptée. O. Graesslin et col. Correspondances en pelvi-périnéologie - n° 2, vol. V - avril/mai/juin 2005.

Notez cet article
PUB
A lire aussi
8 trucs à savoir sur l'hygiène intime Publié le 05/01/2011 - 12h55

Dévoiler son intimité et ses petits problèmes intimes n'est jamais chose facile. Voici quelques conseils en matière d' hygiène intime , ce qu'il faut faire et ne pas faire, avec des explications pratiques.

Hygiène intime : ni trop, ni pas assez Publié le 06/09/2007 - 00h00

Longtemps tabou, l'hygiène intime sort de sa réserve et joue la publicité… En moyenne, 75% des femmes souffriront de vaginite au moins une fois au cours de leur vie et 40% d'entre elles en souffriront au moins à quatre reprises. Une hygiène intime ri...

Plus d'articles