Quel est le profil type du joueur pathologique ?

Publié par Isabelle Eustache, journaliste Santé le 19/07/2016 - 16h31
-A +A

En développant un algorithme de dépistage des joueurs à risque, des chercheurs français ont affiné le profil type du jouer pathologique. Et finalement, le joueur souffrant d’addiction n’est pas forcément celui que l’on croit…

PUB

Dépister en ligne les joueurs dépendants

L’objectif est simple et louable : détecter en ligne les joueurs pathologiques afin de leur proposer un traitement adapté. Une équipe de chercheurs de l’Inserm a mis au point un outil qui permet d'identifier les personnes qui ont un comportement de jeu problématique.

Profil type du joueur pathologique

Il s’agit notamment :

  • D’un homme,
  • De moins de 28 ans,
  • Qui dépose de l'argent dès l'inscription sur le site,
  • Qui perd en moyenne plus de 1,7 euro par session,
  • Qui participe à plus de 60 parties par mois.

En revanche, le montant des paris n’est pas particulièrement déterminant. Seuls un tiers des joueurs dépendants se retrouvent face à des difficultés financières. C’est donc surtout « l'envahissement temporel du jeu dans le quotidien qui illustre l'addiction », particulièrement dans le domaine du poker.

« Tous ces facteurs pris ensemble permettent d'identifier des personnes dont le comportement de jeu est problématique avec une sensibilité de 80% », précisent les chercheurs.

Cette méthode de repérage pourrait être utilisée afin de sensibiliser, de protéger et proposer un traitement précoce aux joueurs pathologiques ainsi dépistés.

Publié par Isabelle Eustache, journaliste Santé le 19/07/2016 - 16h31

A Luquiens et al. Tracking online poker problem gamblers with player account-based gambling data only. International Journal of Methods in Psychiatric Research, 19 mai 2016, DOI: 10.1002/mpr.1510.

Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUB
A lire aussi
Jeu et drogue : une même dépendance ? Publié le 22/01/2015 - 11h46

La dépendance aux jeux est aujourd'hui bien connue. Même si elle ne passe pas par la consommation de substances addictives, elle produit sur le cerveau une action comparable à celle de la drogue .

L’addiction au jeu : quand jouer n’est plus un jeu Publié le 29/07/2013 - 15h35

En Belgique, 4000 personnes sont dépendantes au jeu et on estime que 176.000 sont des joueurs à risque. Le joueur addict typique est un homme, jeune, citadin et à faibles revenus. Les conséquences d’une pratique excessive du jeu peuvent être graves (...

Bridge : la jeunesse du cerveau ? Publié le 10/01/2014 - 10h24

Un jeu de 52 cartes serait-il plus puissant que n’importe quel médicament pour entretenir la jeunesse de notre cerveau ? Les chercheurs s’intéressent aujourd’hui de près aux vertus du bridge, dont la pratique régulière pourrait ralentir l’apparition...

Plus d'articles