Blog : " Le blog psy "

Que de parents anxieux et culpabilisés à ma consultation!

Article créé le 16/03/2011 - 15h55 et mis à jour par Muriel Fuks, psychologue et psychothérapeute le 16/03/2011 - 15h55
-A +A

Est-ce lié à l'évolution de la société, où l'efficacité et la performance sont des objectifs incontournables? Où chacun n'a plus la possibilité de se développer à son rythme propre mais doit se soumettre au rythme des contraintes extérieures professionnelles, familiales et sociales?

PUB

Le respect du rythme et des objectifs, termes propres aux directions des ressources humaines des entreprises, est devenu aussi un élément-clé de notre vision du développement de nos chères petites têtes blondes:

Il ne marche pas à 12 mois: est-ce normal?

Il zozote? Il faudrait aller voir un spécialiste!

Il n'est pas propre à 2 ans et demi? Peut-être souffre-t-il d'une carence affective…

Il ne dort pas 10 heures par nuit? J'ai lu que ça pouvait avoir une influence négative sur son développement intellectuel.

 

L'enfant n'a plus le droit de se développer à son rythme, il doit le faire au rythme des manuels de pédiatrie à destination des parents. Dès qu'il sort un tout petit peu des normes, c'est la cata. Notre société de performance ne peut pas le supporter et donc les parents non plus. Avec, à la clé, la question directement inspirée de notre culture psychanalytique: mais qu'ai-je fait de mal pour que ça lui arrive?

Ce sentiment de culpabilité est accentué par le fait que dans nos sociétés, beaucoup de couples travaillent. Cela signifie mise à la crèche précoce, mise à l'école jusqu'à la fin de la garderie, et des parents qui rentrent fatigués du travail, et qui se sentent coupables de ne pas être suffisamment présents, d'être stressés le soir, de ne pas pouvoir donner 100% de leur attention aux enfants… Il est difficile, quand on se sent coupable, de structurer un enfant, de lui interdire certaines choses, de ne pas tout accepter. On compense sa culpabilité en le gâtant, en lui offrant tout ce qu'il veut, en répondant à tous ses caprices. Au risque de créer chez lui aussi un sentiment d'anxiété face à un père et une mère qui ne jouent pas leur rôle.

 

Beaucoup de parents vivent alors avec ce double sentiment: "mon enfant doit être parfait" et "je ne lui donne pas tout ce dont il a besoin pour être parfait. Je ne suis pas parfait moi même, je suis coupable".

Et si on s'autorisait à se dire pour une fois: "Je fais du mieux que je peux. Mon enfant fait lui aussi du mieux qu'il peut, à son rythme".

N'oublions pas que les feuilles des arbres ne poussent pas plus vite lorsqu'on tire dessus. Elles ont besoin de temps pour grandir et verdir.

 

www.murielfuks.be

Billet initialement publié le 16/03/2011 - 15h55 et mis à jour par Muriel Fuks, psychologue et psychothérapeute le 16/03/2011 - 15h55
Ce billet fait partie du blog : Le blog psy
Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUB
A lire aussi
Agir sur vos émotions, c'est possible... Mis à jour le 28/12/2004 - 00h00

Je suis amoureux, je suis triste, je suis en colère, je suis ému… Les émotions que vous ressentez semblent venir sans avoir été recherchées. Elles peuvent surprendre, gêner, bloquer, qu'elles soient très agréables ou, au contraire, extrêmement négati...

Si jeunes et déjà stressés ! Mis à jour le 15/04/2002 - 00h00

Nos enfants aussi peuvent être stressés ! Selon Gisèle George, pédopsychiatre à Paris, les contraintes de l'école, les exigences des parents ou des enseignants peuvent conduire les petits à subir les mêmes maux que les grands. Troubles du sommeil, ir...

Apprenez à mieux écouter grâce à la reformulation Mis à jour le 05/06/2007 - 00h00

Savoir communiquer est un art qui semble un don naturel chez certaines personnes. Oui mais… cela s'apprend aussi. En observant les autres et en imitant, certes, mais aussi en réfléchissant, en apprenant et en s'entraînant. Voici donc un exercice qui...

Plus d'articles