Quand le cancer entraîne des troubles de l'érection...

Mise à jour par Marion Garteiser, journaliste santé le 26/03/2013 - 09h52
-A +A

PUB

Les cancers, l’érection, et l’image de soi

Le corps peut être atteint par la maladie, par la chirurgie, la radiothérapie ou la chimiothérapie. Une cicatrice, une opération ressentie comme une mutilation, les séquelles cutanées de la radiothérapie… le corps peut sembler tout à coup moins digne d’être aimé.

Or, quand on a le sentiment de ne plus pouvoir plaire, le désir sexuel s’amoindrit, et l’érection ne fonctionne alors plus aussi bien. Il faut souvent du temps pour intégrer des changements physiques, et de la douceur, de l’amitié pour soi…

D’autre part, quand une maladie grave nous atteint, quand nous sommes en arrêt maladie, nous pouvons éprouver un sentiment d’inutilité et de dévalorisation.

Dans la psychologie masculine, ce sont des sentiments très néfastes pour le désir.                     

 

Le cancer et la fatigue et les douleurs, néfastes pour l’érection

Quand le corps est fatigué ou qu’il souffre, par réflexe, il met la sexualité entre parenthèses. C’est une réaction normale lui permettant de se recentrer sur l’essentiel: surmonter la période difficile et tout faire pour guérir.

Il est important alors, de l’accepter, de ne pas en vouloir à ce corps parce qu’il ne fonctionne plus comme auparavant. Il est bien plus adapté, au contraire, de l’encourager, de l’aimer encore, et d’être avec lui émotionnellement. Rappelez-vous que votre corps est votre ami. Il agit toujours du mieux qu’il peut pour vous.

 

Initialement publié par Dr Catherine Solano le 11/12/2012 - 00h00 et mis à jour par Marion Garteiser, journaliste santé le 26/03/2013 - 09h52

Sexualité et cancer (homme), une brochure de la ligue contre le cancer. http://www.ligue-cancer.net/shared/brochures/sexualite-cancer-homme.pdf
Cancer et sexualité au masculin. Ligue suisse contre le cancer. À télécharger : assets.krebsliga.ch/downloads/2029.pdf.Marc Wisard. Cancer et sexualité masculine. Rev Med Suisse 2008;4:2618-2623.

Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUB