Quand bébé ne vient pas, quelles sont les solutions ?

Mise à jour par Marion Garteiser, journaliste santé le 04/06/2013 - 14h08
-A +A

La stimulation de l'ovulation et les différentes techniques d'assistance médicale à la procréation ont considérablement progressé. Elles sont proposées aux couples qui n'arrivent pas à avoir d'enfant. Quelles sont ces techniques ? Leur principe, les chances de succès et dans quels cas les met-on en pratique ?

PUB

La stimulation de l'ovulation

Pour quoi ?
Absence ou anomalie de l'ovulation et grandes difficultés à mettre en route une grossesse.

Le principe
Des hormones sont administrées par voie orale ou par injection à partir du 2e jour des règles pour déclencher une ovulation. L'ovulation est surveillée par des échographies et des dosages d'hormones. Des rapports sexuels réguliers pendant le traitement sont une des conditions.

Quelles sont les chances de grossesse ?
De l'ordre de 10 à 20% après la première stimulation.

L'insémination intra-utérine

Pour quoi ?
En cas d'anomalie du col de l'utérus ou de la glaire cervicale, gênant le passage des spermatozoïdes. En cas d'infertilité masculine (troubles de l'éjaculation, anomalie du sperme) ou d'infertilité inexpliquée.

Le principe
Le sperme du conjoint (ou d'un donneur anonyme) est déposé dans l'utérus à l'aide d'un cathéter introduit par les voies naturelles. Le sperme est recueilli en laboratoire le jour même de l'insémination après un délai d'abstinence sexuelle de 2 à 3 jours. L'insémination est précédée d'une stimulation de l'ovulation.

Quelles sont les chances de grossesse ?
De l'ordre de 10 à 15% par cycle de traitement. La répétition du traitement augmente les chances de succès jusqu'à maximum 6 inséminations.

Initialement publié par Isabelle Eustache, journaliste Santé le 06/04/2009 - 00h00 et mis à jour par Marion Garteiser, journaliste santé le 04/06/2013 - 14h08

Dossier de presse de la Campagne d'information en France sur l'infertilité et ses traitements, Collège national des gynécologues et obstétriciens français (CNGOF), 10 mars 2009.

Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUB
A lire aussi
Fécondation in vitro : un embryon suffit ! Mis à jour le 11/01/2005 - 00h00

Les risques de la fécondation in vitro proviennent principalement de l'incidence élevée des naissances multiples. C'est pourquoi le nombre d'embryons transférés est généralement limité à deux. Et si on envisageait le transfert d'un seul embryon afin...

Plus d'articles