Psoriasis

PUB

Il existe plusieurs types de psoriasis, selon la localisation de la maladie :

  • Le psoriasis classique touche le cuir chevelu, le tronc, les ongles, les coudes et les genoux.
  • Le psoriasis inversé se retrouve dans les plis (des coudes, genoux, aines, aisselles et seins) et, à cause de la friction et de l'humidité, les plaies suintent souvent.
  • Le psoriaris palmo-plantaire affecte la face intérieure des pieds et des mains ; les plaques s'accompagnent souvent de pustules (cloques remplies de pus).
  • Le psoriasis en plaques se présente comme des plaques géantes de différentes tailles (elles peuvent être grandes comme le dos de la main ou couvrir la poitrine au complet). Elle sont réparties sur tout le corps (le visage est rarement touché).
  • Le psoriasis en gouttes se reconnaît à ses taches rouges écailleuses, petites et rondes, qui ressemblent à des gouttes d'eau. Elles peuvent apparaître n'importe où sur le corps, parfois même se généraliser.
Certaines formes de psoriaris peuvent être très graves, à cause notamment des risques élevés d'infection : le psoriasis pustuleux généralisé et le psoriaris érythémateux, qui se présente sous la forme de plaques rouge foncé réparties sur tout le corps. En outre, même s'il est contrôlé, le psoriasis cause parfois de l'arthrite (le gène du psoriasis peut endommager les articulations).

Toutefois, quel que soit le type de psoriasis, sa manifestation est presque toujours la même :
  • plaques légèrement en relief, plus ou moins grandes, rosées ou rougeâtres, vaguement arrondies ;
  • squames (peau qui pèle) blanches ou brillantes sur les lésions ;
  • organes génitaux et raie des fesses souvent touchés ;
  • démangeaisons (provoquées par l'assèchement de la peau).

  • Hérédité Le psoriaris n'a qu'une seule et même cause : l'hérédité. On estime qu'une personne dont un seul parent est affecté a environ 30 % de risque d'en souffrir un jour. Le risque augmente à 70 % si les deux parents sont atteints de la maladie. Toutefois, le type de psoriaris varie d'une personne à l'autre : un enfant ne présente pas nécessairement le même type de psoriaris que son père ou sa mère. On ignore encore le mécanisme réel de la maladie, mais il semble qu'il s'agisse d'un défaut génétique provoquant l'accélération du processus de division des cellules kératinocytes (cellules de la peau). On sait, par contre, que les cellules de l'épiderme se renouvellent normalement tous les 28 jours environ, alors que chez les personnes souffrant de psoriasis, elles se renouvellent tous les quatre ou cinq jours pendant les poussées.
  • Eléments déclencheurs ou aggravants Certains facteurs risquent d'aggraver ou de provoquer une poussée de psoriaris chez une personne déjà prédisposée : un stress important, un traumatisme localisé (un important coup de soleil, une blessure ou une incision chirurgicale peuvent entraîner du psoriasis à l'endroit du traumatisme), l'obésité et certains médicaments (lithium, bêtabloquants). Une infection bactérienne (surtout une amygdalite, mais aussi une otite, une grippe, etc.) peut déclencher un psoriasis goutteux chez les enfants déjà atteints d'une forme ou autre de psoriasis (cette réaction est rare chez les adultes, sans que l'on sache pourquoi).

  • Ne pas se gratter : tout traumatisme sur la peau peut aggraver le psoriasis. Il est difficile de résister à la tentation de se gratter, mais sachez qu'il existe des moyens de soulager la démangeaison.
  • Adopter une bonne crème hydratante : choisissez une bonne crème hydratante pour peaux très sèches, parfumée ou non, et appliquez-en sur vos lésions après la douche, le bain et au besoin. Cela assouplira la peau et contribuera à soulager la démangeaison.
  • Se procurer des produits à base de goudron : le goudron a la propriété de ralentir la division des cellules de la peau. Vous trouverez des crèmes, huiles et shampooings à base de goudron en vente libre dans les pharmacies. Suivez bien les recommandations du fabricant.
  • Prendre du temps pour se détendre : le stress est le principal facteur aggravant. Si vous souffrez de psoriasis, réservez-vous au moins une heure par jour pour vous détendre en faisant l'activité de votre choix. Vous pouvez aussi pratiquer des techniques de relaxation, comme le yoga, ou écouter de la musique douce. Par ailleurs, essayez de ne pas vous soucier de votre apparence. Votre psoriasis vous paraît sans doute pire qu'il n'est. Moins vous serez stressé, mieux vous vous porterez.
  • Prendre du soleil, mais modérément : en général, un climat sec et ensoleillé permet d'atténuer le psoriasis. Aussi souvent que possible, exposez-vous sans crème solaire pendant une vingtaine de minutes. Appliquez ensuite la crème si vous voulez continuer l'exposition (indice d'un minimum de 15 ou de 30 si la coloration de la peau est très claire). N'oubliez pas que le psoriasis risque de se développer aux endroits traumatisés par le soleil.
  • Éviter les "traitements miracles" : ces traitements, souvent annoncés dans les médias, ne régleront pas votre problème. En fait, ils ne sont d'aucun secours. Les fabricants en font d'ordinaire la promotion au printemps, et si les gens qui les achètent constatent un mieux sensible, c'est beaucoup plus grâce aux rayons du soleil qu'au produit lui-même. Donc, soyez circonspect. Pour l'heure, le psoriasis est encore incurable et votre médecin reste la personne la mieux placée pour vous aider.
  • Coopérer avec son médecin : pour obtenir des résultats optimaux, il importe que vous suiviez bien les recommandations médicales. Chaque jour, réservez-vous du temps pour votre traitement et appliquez-le à la lettre. Et soyez patient : ne vous découragez pas si les progrès sont lents. Si vous tenez tête à la maladie, vous finirez par la maîtriser.
  • Surveiller son poids et sa consommation d'alcool : sans que l'on sache vraiment pourquoi, les patients obèses et ceux qui boivent beaucoup ont souvent plus de difficulté à maîtriser le psoriasis.
  • Faire la différence entre des pellicules et du psoriasis sur le cuir chevelu : les pellicules recouvrent presque tout le cuir chevelu, tandis que le psoriasis se forme à des endroits très précis, laisse des zones saines et a des contours bien définis. En outre, les pellicules ne sont pas perceptibles lorsqu'on passe un doigt dans les cheveux, tandis que, dans le cas du psoriasis, on peut sentir la bosse causée par l'accumulation de squames retenues par la chevelure. Que l'on se rassure : le psoriasis n'entraîne pas la perte des cheveux, bien qu'il puisse les casser un peu. Les racines, situées profondément sous la peau, n'en sont pas affectées et, une fois le cuir chevelu guéri des squames, les cheveux repoussent aussi sains qu'auparavant.

  • Le psoriasis se manifeste pour la première fois.
  • La maladie s'est aggravée (apparition d'un plus grand nombre de plaques).
  • Votre enfant, qui fait du psoriasis, présente des symptômes d'infection (fièvre, frissons, courbature, grande fatigue, mauvais état général).

Le psoriasis est assez facile à diagnostiquer lors de l'examen physique. En cas de doute, le médecin peut procéder à un grattage des lésions (pour faire apparaître les squames typiques) ou à une biopsie (examen microscopique d'un petit morceau de peau retiré sous anesthésie locale).

Comme le psoriasis est une maladie chronique, les traitements peuvent apporter un certain soulagement et des périodes de rémission, mais ils n'enrayent pas la maladie. Il existe deux types de traitement : topique (produits appliqués sur la peau) pour des cas plus légers ou systémique (médicaments administrés par voie orale ou par injection et photothérapie), lorsque la maladie est grave ou généralisée. Évidemment, s'il s'agit d'un enfant qui fait une infection, on prescrira aussi des antibiotiques. En règle générale, la poussée de psoriasis en gouttes disparaît lorsque l'infection diminue. Traitement topique Le médecin a le choix entre plusieurs produits : le calcipotriol (dérivé de la vitamine D), l'anthraline (dérivé du goudron prescrit aux gens qui ont des plaques épaisses de psoriasis) et la rétinoïne topique en gel (ou Tazorac, dérivé de la vitamine A). Tous trois ont la propriété de ralentir la division des cellules de la peau. Le médecin peut aussi prescrire des crèmes à base de cortisone (corticostéroïdes) et des anti-inflammatoires afin de soulager les symptômes. Traitement systémique On peut prescrire différents médicaments. Le méthotrexate (parfois sous forme d'injections) et l'étrétinate (Soriatane) sont les plus courants. La cyclosporine (utilisée pour éviter le rejet lors de greffes cardiaques) est reconnue depuis peu pour son efficacité dans le traitement de cas importants de psoriasis ; c'est un traitement de dernier recours, lorsque tous les autres n'ont pas donné de résultats. Il importe de savoir que les corticostéroïdes par voie orale, même s'ils sont très efficaces, doivent être évités parce que le psoriasis peut se manifester à nouveau et de façon plus marquée, une fois la médication terminée. La photothérapie est aussi à envisager (traitement de Goeckerman ou PUVA). Elle consiste à associer une crème ou un médicament pris oralement à l'exposition aux rayons UVA ou UVB transmis par lampe solaire. Le choix d'une photothérapie dépend de l'étendue des lésions et du type de psoriasis (par exemple, le psoriasis pustuleux répond mieux au PUVA). La photothérapie présente peu d'effets secondaires. Les traitements ont lieu dans le cabinet du dermatologue, deux ou trois fois par semaine au début, ou même tous les jours, selon la gravité du cas.

Publié par <a href="/taxonomy/term/19318" hreflang="fr">Dr Pierre Ricard, Dermatologue, Institut de Dermatologie, Montréal</a> le 06/09/2001 - 02h00 Guide familial des maladies publié sous la direction du Dr André H. Dandavino - Copyright Rogers Média, 2001
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
annvdh8

1er salon du psoriasis et de l'arthrite psoriasique les 11 et 12 mars 2011 à Namur expo

8 conférences gratuites et différentes de plusieurs médecins spécialisés dans le domaine du psoriasis
ateliers de sophrologie, de yoga, maquillage de camouflage, réflexologie plantaire ... également gratuits et qui se dérouleront plusieurs fois durant les deux journées
présence d'associations, de mutuelles et de firmes

Le salon en pratique:

Où? Namur-expo Hall 2 Av. Sergent Vrithoff, 2 à 5000 Namur
Quand? le vendredi 11 mars 2011 de 16 à 21 heures et le samedi 12 mars 2011 de 10 à 18 heures.
Entrée gratuite et ouvert à tous: conférences, ateliers, stands, espace multi média
Programme détaillé sur: www.psoriasis-contact.be
Organisateur: Psoriasis-contact asbl Dieweg, 45 1180 Bruxelles
02/ 372 37 67 info@psoriasis-contact.be

Au programme du salon

- La découverte des stands d’associations et firmes proposant des outils ou produits bénéfiques à la prise en charge globale de la maladie. Vous pourrez déambuler à votre rythme et vous informer à propos des centres de cure, des interventions des mutuelles, de certains produits et traitements spécifiques, des aides à l’arrêt tabagique et alcoolique ou à la gestion du poids,…

- La participation à divers ateliers pratiques, animés par des professionnels. Une occasion de goûter à diverses techniques de gestion du psoriasis dans la vie de tous les jours: sophrologie, yoga, Qi-gong, réflexologie plantaire, camouflage,…

- La connaissance et des réponses à vos questions: un centre de documentation, la diffusion de films pédagogiques, la présentation de trucs et astuces, une association de patients et un programme de conférences scientifiques thématiques vous permettront d’en savoir plus et mieux sur le psoriasis et l’arthrite psoriasique.

Venez nombreux: patients, familles, personnel médical et para-médical partageront leurs expériences, leurs connaissances, leurs questions , leurs espoirs,…
Autant de pistes pour laisser le psoriasis au vestiaire!

entrée gratuite - parking aisé - plus d'info : www.psoriasis-contact.be ou facebook psoriasis

PUB
A lire aussi
Le soleil et votre rosacée... Publié le 29/05/2012 - 15h33

La rosacée est une maladie de peau bénigne, mais qui a un impact fort sur la vie quotidienne. Il est utile de maîtriser les facteurs déclenchants pour pouvoir traiter au plus tôt; et comme le soleil en fait partie, mieux vaut être prudent quand il ap...

Algie vasculaire de la face ou migraine ? Publié le 10/03/2017 - 12h36

Par méconnaissance, l' algie vasculaire de la face peut être confondue avec la migraine . Pourtant, les crises sont bien différentes, de par l'intensité de la douleur et son côté strictement unilatéral, de par leur répétition quotidienne durant des p...

Plus d'articles