Presbyacousie : l'ouïe comme la vue !

Mise à jour par Marion Garteiser, journaliste santé le 19/05/2017 - 12h11
-A +A

Comme la vue, notre ouïe baisse avec l'âge. C'est l'évolution normale de notre oreille, mais il ne faut pas pour autant l'accepter sans rien faire : difficile à traiter, la presbyacousie a tout de même ses solutions.

PUB

Le signal passe moins

La cible de la presbyacousie, ce sont les cellules ciliées qui tapissent la cochlée, l'un des organes de l'oreille interne. Ces cellules sont chargées de transformer les vibrations sonores, captées et amplifiées par le tympan, en vibrations électriques qui pourront être transmises au cerveau via le nerf auditif. Mais avec l'âge, elles deviennent moins efficaces et finissent par disparaître. Les dégâts commencent dès la vingtaine, et apparaissent d'autant plus rapidement que la cochlée a déjà été agressée au cours de la vie par des sons trop forts. Résultat : une perte d'acuité auditive dans les fréquences aigues - celles qui sont les plus utiles dans la communication humaine...

En plus, quand nous entendons moins bien sur une fréquence, les autres sons ont tendance à faire un "effet masque". Lors d'une soirée au restaurant par exemple, une personne souffrant de presbyacousie aura du mal à entendre la conversation de son convive, qui risque de disparaître sous les bruits environnants. D'ailleurs, pour les médecins, l'importance de la vie sociale est l'un des facteurs de l'âge de la consultation : une personne qui a des dîners réguliers et de grands groupes d'amis consultera à cinquante ou soixante ans, alors qu'une autre qui vit plus repliée sur un petit cercle ne sera réellement gênée qu'a 70 ou 80 ans - voire jamais.
 

Un appareillage nécessaire mais pas évident

La réponse à la presbyacousie, c'est l'utilisation d'une prothèse auditive qui amplifiera les sons reçus par les cellules ciliées. Ainsi, même si leur réponse est moins bonne, le nerf auditif obtiendra tout de même les informations suffisantes. Cet appareillage est longtemps resté relativement difficile à mettre en oeuvre dans le cas de la presbyacousie : certaines des prothèses augmentaient tous les sons, y compris les plus graves qui ne sont pas affectés par la presbyacousie. L'effet masque demeurait donc.

Il existe cependant aujourd'hui des appareils très performants qui n'amplifient que les sons sur lesquels l'audition est endommagée. En tout état de cause, dès qu'une perte d'audition vous dérange, n'hésitez pas à consulter. Une audiométrie vous permettra de vérifier que c'est bien une presbyacousie, et vous pourrez évoquer avec votre oto-rhino-laryngologiste les alternatives qui vous sont ouvertes pour mieux entendre.

Initialement publié par Marion Garteiser, journaliste santé le 23/09/2008 - 00h00 et mis à jour par Marion Garteiser, journaliste santé le 19/05/2017 - 12h11

Merci au Pr Bisschop, Chef de clinique du service d'oto-rhino-laryngologie au CHU Brugmann (Bruxelles).

Notez cet article
PUB
A lire aussi
Vertiges : quand le système d’équilibre a des ratés Publié le 21/06/2017 - 10h11

Cette impression que tout tourne autour de soi, sentir son corps flotter, tanguer… Beaucoup d’entre nous ont déjà expérimenté ces sensations désagréables, caractéristiques des vertiges et qui peuvent aller jusqu'à la nausée . Mais quelle en est l’ori...

Qu’est-ce qu’un implant cochléaire ? Publié le 12/10/2015 - 13h58

Un « remède » à la surdité ? Non, mais une solution technique qui permet à beaucoup de sourds d’entendre, et c’est déjà pas mal ! Rencontre avec les implants cochléaires , qui sont posés à 200 Belges chaque année.

Plus d'articles